Si les applis mobiles se multiplient à vive allure, c'est parfois au détriment des commerçants dont les clients préfèrent acheter en ligne. Shopkick, au contraire, tente de donner une nouvelle jeunesse au shopping en magasin grâce à la gamification.

Les applications mobiles, pas toujours ennemies des commerçants

Les appareils mobiles sont le meilleur ami des clients quand ils poussent la porte d'un magasin : ils les utilisent pour comparer les prix ou consulter la présentation du produit, mais finissent, généralement, par acheter en ligne les produits qu'ils ont vus dans le magasin. Certains disent que les magasins se transforment en show-rooms pour les consommateurs, un problème de taille pour les détaillants. Alors que le marché des applications mobiles pour le shopping est florissant, il n'est pas toujours facile de savoir si les commerçants en retirent autre chose qu'une simple visite. Les applications mobiles de shopping comme Shopkick capitalisent sur la gamification pour valoriser l'expérience en magasin, et convertissent, on l'espère, les visites en actes d'achat en magasin, assurant des revenus mesurables aux détaillants : « Certains services mobiles poussent les clients hors du magasin au lieu de les attirer à l'intérieur, en permettant une comparaison en ligne qui fait des magasins des show-rooms. Shopkick fait exactement le contraire », explique Cyriac Roeding, CEO de Shopkick, « c'est une relation win-win-win entre détaillants, marques et consommateurs. »  Lancée en 2010, cette application permet aux consommateurs de gagner des récompenses, des remises et des deals en entrant dans un magasin. Parmi ses nombreux partenaires, on trouve Best Buy, Macy’s, Levi’s, American Eagle ou encore Procter & Gamble.

Récompenser les interactions avec le produit en magasin

Shopkick est une application de shopping mobile basée sur la localisation. Contrairement aux applications basées sur un enregistrement, Shopkick identifie automatiquement les clients quand ils entrent dans un magasin partenaire. L'application attribue alors des « kicks » - des récompenses - aux visiteurs pour être entrés dans le magasin ou avoir interagi avec un produit. Scanner le code barre d'un produit ou essayer une robe, par exemple, sont considérés comme des interactions avec le produit. Grâce à son récent partenariat avec Visa, Shopkick récompense également les consommateurs qui règlent leurs achats par carte de crédit. Les « kicks » récoltés peuvent être convertis en crédits Facebook, cartes cadeaux ou remises spéciales dans les magasins partenaires.  L'application n'encourage pas seulement le shopping en magasin et l'interaction avec les produits, elle vise également à augmenter la fidélité du client à une marque ou à un magasin.

Convertir les visites chez les commerçants en véritables achats

Jusqu'ici, Shopkick a connu un grand succès. Déployée dans 250 centres commerciaux et 4 000 magasins à travers les États-Unis, l'entreprise enregistre 3 millions d'utilisateurs actifs, 1 milliard d'offres consultées, 5 millions d'entrées et 10 millions de produits scannés. Plus récemment, l'application mobile a annoncé qu'elle avait attiré,  en 2011, plus de 110 millions de revenus pour ses partenaires.  Le fondateur Cyriac Roeding déclarait que  « les taux de conversion d'entrées en ventes peuvent être mesurés directement en comptant le nombre d'offres spécifiques à Shopkick achetées chez les détaillants, les récompenses pour  les achats réglés par les POS intégrés, et les taux de conversion de produits scannés en produits achetés peuvent être mesurés par les questionnaires in-app et les POS intégrés.»