Les ONG optimisent plutôt bien l'utilisation du site de micro-blogging. Pour autant elles n'utilisent pas encore tous les outils mis à leur disposition.

Les associations utilisent massivement Twitter pour fédérer

Aux Etats-Unis, les organisations à but non lucratif s'en sortent plutôt bien lorsqu'il s'agit d'utiliser les tweets et les outils associés pour optimiser leur message. Mieux même que les particuliers et un certain nombre d'entreprises qui ont encore du mal à être dans le dialogue, selon des chercheurs de l'université américaine de Buffalo. 80 % des organisations américaines ont un profil actif, c'est-à-dire qu'elles tweetent quotidiennement du contenu contre seulement la moitié pour les utilisateurs individuels. Ces entités utilisent beaucoup les hyperliens : si près de 15% des autres utilisateurs les intègrent dans leurs tweets, elles sont plus de deux tiers à le faire.

Entretenir sa communauté

Elles suivent également proportionnellement beaucoup plus de personnes que n'ont tendance à le faire les entreprises. En effet, selon les chercheurs il s'agit pour elles de montrer qu'elles s'intéressent à la communauté et les interactions avec celle-ci sont d'autant plus nourries. Elles utilisent en particuliers les messages privés, peu utilisé par la communauté du site de micro-blogging en général afin de créer une relation de proximité avec ceux qui les suivent. C'est également avec cet objectif qu'elles pratiquent de plus en plus le retweet, cela représenté déjà près de 17% des tweets qu'elles postent. 

Des outils encore délaissés

D'un autre côté, ce type de structure a encore du mal à intégrer via Twitpic.com ou Twitvid.com des images et des vidéos. Tout comme les entreprises, elles utilisent avant tout leur site Internet propre afin de transmettre et de partager ce type de contenu. Elles sont également en retard en ce qui concerne l'utilisation des hastags. Même si un tiers d'entre-elles les utilisent aujourd'hui, les autres utilisateurs individuels et les entreprises en sont plus friantes.