A compter d'aujourd'hui, une douzaine de portails, comme MSN ou Lycos, vont diffuser des films publicitaires signés Pepsi, AT&T, Honda, etc. d'un nouveau format. Durant six semaines, ces grandes...

A compter d’aujourd’hui, une douzaine de portails, comme MSN ou Lycos, vont diffuser des films publicitaires signés Pepsi, AT&T, Honda, etc. d’un nouveau format. Durant six semaines, ces grandes firmes vont tester l’accueil que les internautes auront réservé à leurs publicités. Si leur succès est avéré, il se pourrait que nous nous apprêtions à entrer dans une nouvelle ère de la publicité sur Internet.

La plupart des internautes ont déjà vu des films publicitaires sur Internet : le temps de téléchargement est long, et une connexion haut débit ne change rien à la qualité des images, définitivement mauvaise… Sauf que les films lancés à compter d’aujourd’hui ont été conçus grâce à une nouvelle technologie développée par l’agence de publicité américaine Unicast.

En quoi cette technologie est-elle révolutionnaire pour le monde de la publicité ? Pour commencer, elle permet un téléchargement invisible du film publicitaire, et ne gêne donc en rien la navigation de l’internaute. Ensuite, la qualité du film est identique à celle des publicités diffusées à la télévision, indépendamment du type de connexion (bas ou haut débit) dont dispose l’internaute. Enfin, et c’est là que les ennuis commencent pour l’utilisateur lambda, ces publicités échappent aux filtres anti pop-up.

Pour les entreprises et pour les marketeurs en particulier, l’innovation n’est pas anecdotique. Ces publicités seront lues par le logiciel Windows Media, installé sur 80 % des ordinateurs des internautes. En outre, si elles ne ralentissent pas la navigation, elles seront nécessairement moins pénibles pour les utilisateurs. Enfin, elles seront l’outil marketing idéal pour cibler les publics qui ne voient pas les films publicitaires diffusés à la télévision dans la journée.

Enfin, « last but not least », les marketeurs pourront constater l’impact de leurs publicités – de manière bien plus précise qu’à la télévision - en recensant les sites web que l’internaute visite après avoir visionné la publicité. Même si les diffuseurs parlent de restreindre l’exposition des internautes à une publicité par jour, ce nouvel outil marketing risque d’être particulièrement intrusif. Reste à espérer que la vie privée des internautes en soit protégée.

( Atelier groupe BNP Paribas –20/01/2004)