Avec "Baidupedia", le plus gros moteur de recherche chinois s'ouvre à l'encyclopédie collaborative. Baidu, vient de lancer son encyclopédie inspirée de Wikipedia, et pour s'assurer les...

Avec "Baidupedia", le plus gros moteur de recherche chinois s'ouvre à l'encyclopédie collaborative. Baidu, vient de lancer son encyclopédie inspirée de Wikipedia, et pour s'assurer les bonnes grâces du gouvernement, prévoit une système de filtrage des sujets sensibles.
Le gouvernement chinois avait bloqué l'accès par les internautes de son pays à Wikipedia l'année dernière. Dans la ligne de mire de cette censure : des références au Tibet, à Taiwan et à d'autres sujets sensibles. Le service d'encyclopédie collaborative chinois, qui a ouvert en avril, permet aux internautes de poster des définitions ou du contenu culturel, mais avertit qu'il supprimera tout contenu au sujet du sexe, du terrorisme et des attaques sur le gouvernement.
Avec ce filtrage préalable, Baidu espère ainsi ne pas tomber sous le joug d'une interdiction gouvernementale. D'ailleurs, Baidupedia prévient qu'il est interdit d'écrire "des évaluations négatives sur le système national actuel" et "d'attaquer le gouvernement" ainsi que de promouvoir "une vue négative de la vie ".
Baidu indique que les utilisateurs ont déjà rédigé plus de 25.000 entrées en seule semaine. Ces articles abordent notamment la cuisine, le marché boursier, les sites touristiques chinois, etc. A titre de comparaison, Wikipedia compte actuellement plus de 2.7 millions d'entrées.
"J'ai bon espoir que notre encyclopédie s'impose auprès de tous les utilisateurs chinois," a déclaré Robin Li, le président du groupe au Financial Times. "La réaction initiale a été très positive, ainsi nous sommes tout à fait confiants et pensons que nous deviendrons rapidement le numéro 1 dans ce secteur."

(Atelier groupe BNP Paribas - 15/05/2006)