"L'Internetmania" et la convergence des technologies de l'information et des télécommunications vont probablement entraîner une évolution radicale des réseaux traditionnels d'agences et faire appar...

"L'Internetmania" et la convergence des technologies de l'information et des télécommunications vont probablement entraîner une évolution radicale des réseaux traditionnels d'agences et faire apparaître de nouveaux acteurs. Deux concepts vont prendre une dimension majeure dans la banque du futur : la téléconsultation et l'agence virtuelle. Toutefois, toutes les enquêtes montrent que les clients restent majoritairement attachés à une agence physique, notamment pour les opérations délicates où un conseil personnalisé est indispensable. Mais les clients veulent aussi apprendre à mieux faire jouer la concurrence. La banalisation de l'accès à l'Internet permet de comparer les offres des uns et des autres. Les banques apprivoisent les nouvelles technologies. Afin d'intégrer les nouvelles technologies, les grandes institutions financières doivent lever des obstacles organisationnels, technologiques et humains. Paribas, en achetant la Compagnie Bancaire, a aussi acquis un service de veille technologique, baptisée "l'Atelier". 50 000 clients se sont laissés séduire par la disponibilité et la rapidité de traitement de la banque sans guichets Banque Directe (filiale Paribas). Spécialiste du crédit aux PME, UFB Locabail (filiale Paribas) a lancé un site baptisé "Business Village", dont les résultats, bien qu'inattendus, sont intéressants. Après le Minitel et Internet, la banque investit la téléphonie mobile avec une quinzaine de programmes dans le monde. les clients du Crédit Agricole, également abonnés à TPS, peuvent, depuis leur poste de télévision, effectuer des transactions bancaires. Le CIC Paris a mis ses agences en carte. (Dossier de quatre pages - Les Echos - 21/04/1999)