bayosphere.com est un des blogs symboliques de la Silicon Valley. Ou plutôt était...Créé il y a un peu plus d'un an par Dan - le gourou de la blogosphére....

Dan Gillmor,fondateur de Bayopshere
 
 
Bayosphere.com (http://bayosphere.com/) est un des blogs symboliques de la Silicon Valley. Ou plutôt était…Créé il y a un peu plus d’un an par Dan Gillmor – le gourou de la blogosphére – il se veut le site du journalisme citoyen…  " of, by and for the Bay area " (de, par et pour la région de la baie de San Francisco). Et il est en train de se saborder…
 
Dan Gillmor est un journaliste connu et respecté dans la Silicon Valley, et au-delà. Il est notamment l’auteur d’un livre maintenant célèbre " We, the media.. ", sorti en juillet 2004 et réédité en janvier de cette année. Uniquement en anglais, hélas. Intitulé d’après les premiers mots de la constitution américaine " we, the people of the United States of America…", il entend démontrer que le développement de la blogosphére redonne au peuple une partie du pouvoir sur la sphère médiatique. Il voit dans les blogs les racines profondes d’une nouvelle forme de journalisme, sans doute plus indépendant, plus citoyen, fait " par le peuple et pour le peuple " selon le sous titre de son livre.
 
Vaste programme, qui s’est trouvé en accord avec l’actualité américaine, notamment au moment de la dernière campagne présidentielle. Et Dan Gillmor, après le succès de son livre, décide de quitter le San Jose Mercury News, le journal de référence de la Valley où il est un des chroniqueurs les plus réputés, pour se consacrer pleinement à sa passion : le journalisme citoyen. Il crée la société Grassroots Media, et lance Bayosphere.com, il y a un peu plus d’un an.
 
Le principe du blog est très simple : proposer à tous ceux qui le souhaitent de devenir journalistes, dés lors qu’ils vivent dans la région de la baie de San Francisco (la bay area, qui couvre notamment San Francisco, Berkeley et toute la Silicon Valley) et qu’ils souhaitent publier des articles sur ce qui se passe dans la région, principalement autour des nouvelles technologies – qui demeure son principal moteur économique. Le site, modéré par Dan Gillmor pour éviter les abus, connaît un succès rapide, devenant un des sites les plus visités d’une région qui en compte beaucoup… de Craigslist, à Google, en passant par l’ensemble des sites d’information notamment dédiés aux high-tech.
 
Seulement, un an après, Dan Gillmor constate son échec à fédérer autour de son projet un nombre suffisant de " journalistes citoyens ", et propose dans un post du 24 janvier de mettre fin à l’expérience…La première raison invoquée par Gillmor est économique….Le site n’a pas su trouver un modèle d’affaires viable, permettant notamment à son éditeur d’en vivre, et encore moins à des journalistes citoyens d’envisager d’en faire leur profession.
 
Au-delà, Dan Gillmor soulève une question d’importance : la technologie, de plus en plus ouverte et simple à utiliser, n’est pas tout. Il y a aussi une communauté à construire. Cette communauté de personnes qui s’impliquent activement dans le journalisme, et leurs lecteurs potentiels, n’existe pas aujourd’hui. Le mouvement est en cours, mais il est loin d’être arrivé à maturité. Combien lisent aujourd’hui quotidiennement des blogs, en les considérant comme des sources fiables d’informations, et combien continuent de faire confiance aux sites des institutions établies, avec des vrais professionnels ?
 
Dan Gillmor concède une dernière erreur, et non des moindres… S’il est un bon journaliste, reconnu en tant que tel, il avoue ne pas être dans son élément en tant qu’entrepreneur.
 
Au-delà de la simple disparition de Bayosphere, c’est tout le modèle économique du blog comme média qui se trouve posé. Si – comme tout le monde veut le croire dans la Silicon Valley – le blog est au coeur du phénomène du Web 2.0, alors il doit trouver un modèle économique. Et à ceux, nombreux ici, qui répondent que ce modèle sera publicitaire (comme dans la vielle économie de la presse…), Gillmor répond par un cinglant : " peut être, mais il va encore falloir attendre un peu… et être très créatifs…"
 
Et c’est toute la blogosphere et l’énorme potentiel qu’elle porte qui se trouve remis en cause. Quand au Web 2.0 : nous sommes de plus en plus nombreux à penser qu’il pourrait bien nous ramener à la période d’avant la bulle : celle que le Gartner appelle dans son fameux " hype cycle  des technologies " le pic des attentes démesurées.
 
Quoi qu’il en soit de cette expérience ratée et des enseignements que l’on peut en tirer, souhaitons bonne route à Dan Gillmor, un grand monsieur du métier, et un vrai éclaireur. En transformant son entreprise en une association, il montre sa détermination dans une voie qui demeure porteuse d’avenir. Adieu donc à bayosphere.com, qui se cherche un repreneur potentiel, et longue vie au "center for citizen media".
 
Dominique Piotet
A San Francisco, pour l’Atelier
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 03/02/2006)