Le secteur en berne de la restauration pourrait exploiter le potentiel du Big Data.

Le Big Data passe à table

L’économie mondiale de la restauration fait toujours un peu grise mine. Pour exemple, les restaurateurs français ont connu une baisse de 4,5% de leur chiffre d’affaires en 2016. Des pertes difficiles quand on sait que les marges dégagées par le secteur sont plus basses que la moyenne des autres secteurs d’industrie. Outre-Atlantique, une initiative menée par OpenTable, à Los Angeles, invite le Big Data dans les assiettes.

La plateforme de réservation fait bien plus que sa mission première puisqu’elle collecte, en parallèle, les données d’un consommateur afin de mieux connaître ses habitudes : code postal, historique de réservations, détail des commandes, nombre d’invités, temps de réservation, nature du dîner (fête, rendez-vous, déjeuner d’affaire…). La plateforme relaie ensuite les informations personnelles aux restaurateurs concernés pour leur permettre  d’adapter leur service : promotions, ajustement de menu basés sur les préférences des clients. Le but étant de fidéliser à l’arrivée, une clientèle devenue de plus en plus volage. De l’essor de la livraison, au peer to peer, dans un contexte d « ubérisation » de la restauration, les données, « pétrole du 21ème siècle » seront-elles les ingrédients d’une recette à succès ?

Rédigé par Laura Frémy
Journaliste