Les publicités pourraient être bien plus efficaces si le client pouvait passer de son ordinateur portable à son smartphone. Drawbridge est une start-up qui utilise les données de masse pour construire des filtres sur les publicités pouvant servir de « cookies inter appareils ».

Big Data permet aux marketers mobiles de mieux cibler les consommateurs

Aujourd’hui, clients et prospects utilisent leurs appareils de manière flexible, prenant celui qui s'adapte le mieux à ce à quoi ils sont occupés. Par conséquent, les marques ont de plus en plus besoin, pour correctement cibler leurs les consommateurs, non seulement d’étudier sur quel écran se trouve ils se trouvent, mais également d’identifier le mouvement d'un utilisateur, entre son ordinateur portable et son téléphone. Drawbridge, jeune startup de la Silicon Valley, adopte une approche inter plates-formes de la publicité, et propose un marketing mobile informé des mouvements entre les écrans. Pas surprenant, donc, qu’elle ait été bien accueillie, avec une première levée de fonds de 6,5 millions de dollars auprès de Kleiner Perkins Caufield & Byers et Sequoia Capital – un signe que Drawbridge a mis le doigt sur un besoin fondamental de la part des marketers mobiles ?

Construire un pont entre le desktop et le mobile

Drawbridge fait appel à la redirection pour couvrir de manière efficace ordinateurs, tablettes et smartphones. Ses algorithmes sont capables de cibler le consommateur selon la plateforme sur laquelle il se trouve et d’identifier le parcours des consommateurs entre leurs différents écrans, entre leur desktop et leur smartphone. Le contenu créatif s'adapte au client avec un contenu dynamique qui répond à ses besoins, catégories et produits spécifiques. Alors que la plupart des plates-formes de publicité s'adressent à leur audience avec des filtres de base (types d'appareils et systèmes d'exploitation, réseau ou localisation), Drawbridge cible de plus près, avec une localisation, une démographie et des attitudes plus spécifiques (ciblage par centre d'intérêt, identification des personnes influentes et comparaison des clients, existants ou prospects).

Une approche basée sur Big Data

En fait, Drawbridge ne « suit » pas les mouvements de chaque individu, ce qui serait extrêmement intrusif. Plutôt, Drawbridge a construit des filtres basés sur des algorithmes et des données inter appareils. Ancienne ingénieure chez AdMob, la fondatrice et CEO Kamakshi Sivaramakrishnan, comme son équipe, a l'expérience de la théorie de l'information, et souhaite profiter de Big Data pour repérer des comportements que, jusque-là, on n'a pas utilisés dans la publicité mobile. Tout juste sortie du mode secret, Drawbridge a rencontré le succès dans sa version bêta privée, et certaines campagnes ont montré « un engagement de 3 à 10 fois supérieur à celui qu'ont pu générer les annonces en ligne traditionnelles ne profitant pas de la plate-forme. »