commerce électronique. Le président américain a demandé notamment au ministère du Commerce de trouver le moyen d’encourager le secteur privé à investir dans l’installation de liaisons rapides entre...

commerce électronique. Le président américain a demandé notamment au ministère du Commerce de trouver le moyen d’encourager le secteur privé à investir dans l’installation de liaisons rapides entre l’Internet, les particuliers et les entreprises. Conscient que le manque de sécurité freine le développement du commerce électronique, Bill Clinton demande également au gouvernement d’éduquer les consommateurs et de s’assurer que la législation américaine contre la fraude électronique soit appliquée. Le gouvernement américain va également devoir évaluer l’impact du commerce électronique sur l’économie et pousser les PME à utiliser l’Internet de plus en plus. Enfin, Madeleine Albright, la secrétaire d’Etat va promouvoir l’usage de l’Internet dans les pays défavorisés en poussant le secteur privé et la Banque mondiale à financer via satellite le raccordement des zones isolées à l’Internet. Aux Etats-Unis, le commerce électronique prend rapidement de l’ampleur. Les ventes en ligne devraient s’élever à 2,3 milliards de dollars pendant les fêtes de fin d’année (1 milliard il y a un an). Selon la Merchant Association, les achats des américains devraient dépasser sur l’ensemble de l’année 13 milliards de dollars. Bien que ce montant représente moins d’1 % de l’ensemble des ventes de détail (2 600 milliards de dollars en 1997), le commerce en ligne progresse beaucoup plus vite que n’importe quelle autre forme d’activité commerciale. 59 % des ventes en ligne provient de grands vendeurs comme Dell Computer, Land’s End ou le courtier Charles Schwab. 50 % du total des ventes effectuées aux Etats-Unis sur le Web provient en fait des dix plus grands sites américains de commerce en ligne. (La Tribune 1er/12/1998)