Nous disposons déjà d’archives télévisuelles. Nous sommes également en mesure de consulter les premiers numéros de nombre de quotidiens français. En revanche, il est très difficile de surfer avec...

Nous disposons déjà d’archives télévisuelles. Nous sommes également en mesure de consulter les premiers numéros de nombre de quotidiens français. En revanche, il est très difficile de surfer avec nostalgie sur des sites Internet qui n’existent plus, ou bien dont les premières versions ont été zappées par des designs plus modernes quoi font le web d’aujourd’hui. Difficile mais pas impossible. Une proportion assez réduite d’internautes connaît le site www.archive.org, qui permet, à partir d’une adresse Internet lambda, de consulter toutes les versions du site correspondant à cette URL. Bien sûr, le service n’est pas parfait : certaines adresses ne fonctionnent pas, de même que nombre de liens, d’images, etc. Il n’empêche qu’il demeure très intéressant de naviguer au travers de l’histoire d’un site Internet. Cela, la Bibliothèque Nationale de France (BNF) l’a bien compris. Aujourd’hui responsable de la mémoire collective française, la BNF se pose la question d’une conservation et d’un archivage des contenus présents sur le Net : « La bibliothèque a suivi l’évolution des supports depuis les imprimés de François 1er, les cartes et les estampes, les partitions musicales (…) Aujourd’hui, le nouveau défi est celui d’Internet ». Jean-Noël Jeanneney, PDG de la BNF). Il ne s’agira de toute façon pas de conserver tout Internet, mais d’en garder l’essentiel. A ce stade, des moyens techniques devront être mis en place pour répondre aux exigences de collecte, de sélection et d’archivage des contenus. Aujourd’hui, la BNF étudie deux options, qui ne s’excluent pas l’une l’autre : celle d’une capture automatique par un moteur de recherche qui collecterait les pages, les fichiers encapsulés et les liens. Et celle de la mise en place d’un dépôt volontaire, auprès de l’institution, des éditeurs de sites eux-mêmes. Globalement, l’action de la BNF devrait être corrélée à celle d’autre institutions qui font partie du « Consortium international pour la préservation d’Internet » : la Bibliothèque du Congrès, aux Etats-Unis, la British Library et les bibliothèques nationales australienne, canadienne, danoise, islandaise, finlandaise, italienne, norvégienne et suédoise. L’objectif du consortium, aujourd’hui, est d’assurer la collaboration de ses membres, sur un plan technologique et de sensibiliser d’autres pays, non-membres, à l’importance d’un archivage du web. (Atelier groupe BNP Paribas - 24/06/2004)