Près de deux ans après sa création, TPS vient de recevoir le feu vert de Bruxelles pour diffuser en exclusivité, pendant trois ans, les chaînes hertziennes (TF1, M6, France 2 et France 3). En soul...

Près de deux ans après sa création, TPS vient de recevoir le feu vert de Bruxelles pour diffuser en exclusivité, pendant trois ans, les chaînes hertziennes (TF1, M6, France 2 et France 3). En soulignant le caractère discriminatoire, CanalSatellite contestait cette diffusion. Toutefois, la Commission a donné à TPS "certains droits exclusifs", mais seulement "pendant une phase de lancement de trois ans" au lieu des dix ans prévus par le pacte d'actionnaires du bouquet. Pour justifier sa décision, le commissaire européen à la Concurrence, Karel Van Miert met en avant le caractère essentiellement "proconcurrentiel" de TPS "qui se positionne" comme concurrent de Canal Plus et CanalSatellite, "principales entités" opérant sur le marché des télévisions à péage en France, ainsi que d'ABSat "la présence de ce nouvel opérateur sur le marché français montre que la concurrence dans la télévision numérique à péage est bien possible. En plus, elle est largement favorable aux consommateurs qui bénéficient de l'élargissement de l'offre et de conditions d'abonnement plus avantageuses". Bruno Delecour, le président de CanalSatellite, se réjouissait hier "dès la fin de 1999, CanalSatellite devrait pouvoir diffuser l'ensemble des chaînes hertziennes nationales en numérique sur sa plate-forme, à titre non exclusif, et dans des conditions non discriminatoires par rapport à TPS". Pour autant, TPS a fait savoir hier qu'il demanderait la reconduction de l'exclusivité des chaînes en clair en fonction de l'état du marché et de la concurrence. (Les Echos - La Tribune - Le Figaro - 09/03/1999)

______________________________________________________________________________

Christine Weissrock GIE Atelier de veille technologique e-mail: cweissrock@atelier.fr 00 01 30 07 50 38 Fax. 00 01 30 07 50 39 Dirigé par Jean-Michel Billaut, l’Atelier, cellule de veille technologique de Paribas, dispose d’un BBS (le Babillard de l’Atelier) ouvert gratuitement à ses abonnés, d’un Web (http://www.atelier.fr) et organise des ateliers pour ses abonnés. Jean-Michel Billaut dirige également la publication du “Journal de l’Atelier” vendu par abonnement, diffusé par les Editions La Pérouse. L’abonnement à ce journal donne accès aux ateliers. (Pour obtenir un spécimen, merci d’en faire la demande à Danièle Pellemeule ( 00 01 45 01 72 96 e-mail dpellemeule@atelier.fr).

La revue de presse française que nous éditons sur le Babillard de l’Atelier est pour l’instant libre de droit. Merci de nous informer de vos diffusions et d’indiquer la source.