Le bouquet britannique de chaînes numériques Sky Digital, lancé en octobre dernier, comptait fin juillet 1,2 million d'abonnés, dont 515 000 nouveaux clients.. Devant ce succès, le directeur génér...

Le bouquet britannique de chaînes numériques Sky Digital, lancé en octobre dernier, comptait fin juillet 1,2 million d'abonnés, dont 515 000 nouveaux clients.. Devant ce succès, le directeur général de BSkyB, Tony Ball, a annoncé hier dans un communiqué que le groupe cesserait de diffuser ses services analogiques reçus par plus de 7 millions d'abonnés, dès la fin 2001, soit un an plus tôt que prévu. Toutefois, BSkyB, présidé par Rupert Murdoch depuis le 15 juin, a, pour la première fois de son existence, annoncé hier des pertes sur son exercice annuel. Détenu à 40 % par le groupe de Rupert Murdoch News Corp et à 24, 5 % par le groupe Vivendi, BSkyB termine son exercice 98-99 clos le 30 juin par une perte avant impôts de 388 millions de livres (582 millions d'euros), contre un bénéfice pour l'exercice précédent de 271 millions de livres. Les investissements dans la télévision numérique sont à l'origine de ces mauvais résultats. Les charges exceptionnelles s'élevaient fin juin à 461 millions de livres, dont 450 millions pour les coûts de transition au numérique. Depuis que le groupe a annoncé en mai la fourniture gratuite des décodeurs, 660 000 nouveaux boîtiers ont été installés chez les particuliers. Dorénavant, la capacité d'installation des services numériques atteint 50 000 par semaine. Les ventes mensuelles sont passées depuis juin de 75 000 à 229 000 abonnements. BSkyB a ainsi réalisé un chiffre d'affaires de 1,545 milliard de livres, en hausse de 8 %. Représentant 80 % de ce chiffre d'affaires, les recettes d'abonnements ont progressé de 3 %.