Beaucoup de campagnes de grandes marques sur le web ne sont encore réalisées qu'en anglais. Une initiative qui empêche d'atteindre toute une partie des populations qui ne le maîtrisent pas

Les campagnes marketing en ligne délaissent les non anglophones

La majorité des campagnes de publicité en ligne au niveau mondial ne ciblent pas assez les internautes non anglophones. Pour arriver à cette conclusion, Populis s'est appuyée sur des données fournies notamment par l'Union Internationale des Télécommunications. Quel que soit le pays, le phénomène mis en évidence est un ciblage privilégié des internautes anglophones au sein des campagnes Internet des grandes marques (que ce soit au niveau de la langue utilisée ou de la culture mise en valeur). Tendance assez étonnante, étant donné que ces derniers ne représentent que 300 millions d'internautes sur un  total de plus de 2 milliards.

Les non-anglophones représentent un potentiel d'achat conséquent

Pour Luca Ascani, co-fondateur et directeur de Populis, "historiquement parlant, les consommateurs des pays non anglophones ont toujours été très difficiles à atteindre, d'où des coûts élevés pour les entreprises", explique t-il. Avant d'ajouter : "Mais l'essor des plates-formes multilingues a changé la donne, et plus rien ne justifie cette tendance". Le phénomène est d'autant plus dommageable pour les entreprises que les internautes non anglophones représentent un potentiel de croissance d'achat conséquent.

La croissance des ventes par internet passera par la population non-anglophone.

Ainsi, la dépense moyenne d'un internaute qui ne maîtrise pas l'anglais est de 150 euros par an seulement, alors que celle d'un anglophone s'élève à 525 euros par an. De même, lorsque l'on s'intéresse au pourcentage de consommateurs non anglophones qui utilisent effectivement le Net comme plates-formes d'achats, l'on se rend compte que celui est très faible (24%). A l'inverse, 73% des internautes anglophones sont rompus à cet usage, soit un marché proche de la saturation.