Même si pour Canal +, 1998 sera encore une année difficile, le groupe devrait connaître en 1999 une amélioration "très significative" de ses résultats. Pour cette année, les pertes devraient attein...

Même si pour Canal +, 1998 sera encore une année difficile, le groupe devrait connaître en 1999 une amélioration "très significative" de ses résultats. Pour cette année, les pertes devraient atteindre environ 611 millions de F (niveau similaire à celles de 1997) pour un chiffre d'affaires en croissance de 18 % (13,59 milliards de F en 1997). Après avoir comptabilisé l'an passé 100 000 souscripteurs supplémentaires, la chaîne prévoit 30 000 abonnés de plus en 1998 et une croissance nulle en 1999. CanalSatellite en revanche devrait continuer de progresser. Au 31 décembre 1997, le bouquet numérique totalisait 776 479 souscripteurs. Selon son directeur général, Bruno Delecour "le point mort de CanalSatellite est toujours prévu en 1999, mais avec 30 % d'abonnés supplémentaires". 64 % des abonnés en mode numérique ont déjà souscrit à la chaîne cryptée et au bouquet. Le chiffre d'affaires par abonné ressort en moyenne à 300 F. L'international pèse de plus en plus dans le groupe Canal Plus. Ce secteur rassemble, toutes chaînes confondues, 4 241 000 abonnés. Telepiù, en Italie, a "récupéré les 105 000 abonnés fantômes", D +, la plate-forme numérique, pour sa part "s'envole". Tous deux ont dépassé à la fin de l'année le million d'abonnés. A cette date, plus de 252 000 foyers avaient déjà choisi la version numérique de Télépiù et près de 180 000 le bouquet D+. Filmnet, rebaptisé "Canal+" aux Pays-Bas totalise 225 000 abonnés (166 000 fin 1996). Le portefeuille du groupe s'est en revanche stabilisé en Belgique autour de 240 000 abonnés. Toutefois, l'introduction de la chaîne numérique sur le câble devrait lui permettre de progresser. (Les Echos - la Tribune - 23/03 - Le Monde - 24/03/1998)