équiperont les décodeurs de télévision numérique de deuxième génération. Canal+ prône la recherche d'un standard commun pour les logiciels intégrés dans ces machines. La guerre qui se profile aujour...

équiperont les décodeurs de télévision numérique de deuxième génération. Canal+ prône la recherche d'un standard commun pour les logiciels intégrés dans ces machines. La guerre qui se profile aujourd'hui porte sur les "moteurs interactifs" qui permettent au consommateur l'achat de services à l'unité, le service bancaire à domicile, le téléchargement de jeux ou l'accès à Internet. Préparant déjà la deuxième génération de décodeurs numériques, les industriels devraient sortir leurs prototypes au printemps prochain pour une commercialisation à l'automne suivant. Si en 1993, les Européens s'étaient mis d'accord sur la compatibilité des décodeurs via le Simulcrypt pour permettre la réception de plusieurs bouquets de programmes tout en préservant le secret de chaque système d'accès, les logiciels d'interactivité, commandant tous les nouveaux services, ont en revanche échappé à la normalisation. Canal+ propose donc un standard commun fondé sur le langage de programmation universel Javal et sur la communication graphique MHEG. Cependant, Jan Steenkamp, le PDG d'Open TV, filiale de Thomson Multimédia, de Sun Microsystèmes et de MIH, le grand concurrent en la matière de Canal+, déclarait en novembre "le marché n'est pas encore mûr pour une norme". Son logiciel a déjà été adopté par TPS en France, BSkyB en Grande-Bretagne et un certain nombre de câblo-opérateurs comme Lyonnaise Communication ou France Télécom. Comme le reconnaît Canal+ "seules les chaînes publiques sont favorables pour accélérer la standardisation des logiciels". Plutôt que d'entamer une nouvelle guerre, Canal+, via le groupement DVB, offre une médiation pour "trouver un standard commun et qui ne soit pas forcément le nôtre". (Les Echos - La Tribune - 08/12/1997)