L’enquête d’opinion en ligne sur les cybercasinos, initiée par Ludus Online, société marketing qui gère l’un des groupes mondiaux leaders dans l’édition de sites de divertissement (Groupe KSC)...

L’enquête d’opinion en ligne sur les cybercasinos, initiée par Ludus Online, société marketing qui gère l’un des groupes mondiaux leaders dans l’édition de sites de divertissement (Groupe KSC), révèle que parmi les 661 femmes et les 970 hommes internautes ayant répondu au questionnaire, 65 % d’entre elles et 66 % d’entre eux pensent qu’il est légal en France de jouer à un casino en ligne. Plus d’un internaute sur deux ignore que cette activité est illégale et qu’à ce titre il ne dispose d’aucun recours juridique devant les juridictions françaises en cas de non-paiement des gains gagnés ou de troubles compulsifs à l’égard du jeu.Le marché des jeux d’argent en ligne, et plus particulièrement celui des cybercasinos, est encore loin d’avoir atteint sa maturité. Si cette activité reste interdite en France, le marché peut se pérenniser grâce aux joueurs, qui ne semblent pas être très inquiétés par les décisions de l’Etat dans ce domaine et ne semblent pas non plus mesurer les risques qu’ils peuvent encourir.Anticipant sur l’évolution probable de ce marché et sur ses dérives (par exemple : absence d’information et de protection des joueurs compulsifs), l’Observatoire des Casinos en Ligne (OCL) veut être un outil de veille et de débat où peuvent se rencontrer les acteurs politiques, économiques et associatifs, et participer ensemble à une meilleure connaissance et maîtrise de l’évolution des jeux en ligne.L’enquête va constituer le premier élément versé aux travaux de l’Observatoire des Casinos en Ligne (OCL), organisation créée en juillet 2003 par Ludus Online et dont Thierry Bretécher, consultant en affaires réglementaires assurera la présidence. Les principaux chantiers de l’OCL, au second semestre 2003, porteront sur la finalisation d'un Livre Blanc sur le marché des casinos en ligne, la mise en place de tables rondes sur la question des cybercasinos et l’engagement d’une réflexion sur « La Protection des joueurs compulsifs vis-à-vis des cybercasinos ».(Atelier groupe BNP Paribas – 11/09/2003)