Les consommateurs de cette catégorie socio-économique sont de plus en plus adeptes de produits de luxe, et notamment par le biais d'Internet. Une véritable opportunité pour cette industrie.

Près de 70% des consommateurs chinois de la classe moyenne affirment se rendre une fois ou plus par mois sur internet pour rechercher des produits de luxe, note un récent rapport du cabinet d'audit KPMG. Un chiffre non négligeable quand on connaît l'engouement des Chinois pour l'industrie du luxe. D'autant plus que KPMG dévoile une croissance en seulement un an dans l'intention d'acheter ces produits sur internet. Ainsi, si en 2011, les consommateurs de cette classe socio-économique étaient seulement 22% à vouloir acheter des produits de luxe sur internet, ils sont maintenant 40% à l'affirmer.

Des opportunités pour le luxe en ligne

Et la raison pour cela réside pour 76% dans la facilité de comparaison des produits, pour 65% dans des prix plus attractifs et 63% dans l'économie que cela peut susciter. L'étude rappelle, par contre qu'il existe également pour ces consommateurs des barrières à l'achat en ligne. Celles-ci sont pour 55% d'entre eux la peur de se retrouver confronter à un mauvais service après-vente et 39% expriment une inquiétude concernant le paiement. Enfin, ceux-ci se méfient pour près de 72% de l'authenticité des produits achetés.72% est également le pourcentage d'individus a avoir acheté l'année dernière ce genre de produits à l'étranger lors d'un voyage.

Des produits et des pays préférés

Et si ce chiffre paraît intéressant pour l'industrie du luxe étrangère, on constate tout de même que la priorité reste d'acheter des produits de cosmétique et des parfums, à hauteur de 47%, des montres pour 37%, des sacs (32%) et des vêtements (27%). Mais ce n'est pas tout puisque 25% achètent des bijoux, 16% des chaussures et finalement 9% ramènent de l'alcool.Et pour se procurer ces produits, KPMG précise que 32% des individus interrogés choisissent de se rendre en priorité en Europe, 30% au Japon, 24% en Asie du Sud Est et 11% aux États-Unis. Toutefois, le rapport rappelle que près de 53% des consommateurs-voyageurs se rendent tout simplement à Hong Kong.