La centrale d'achat d'espaces IP, filiale du groupe CLT-UFA, a fait part hier au MIPCom des résultats de son étude annuelle pour 1998 "les chiffres clés de la télévision". Aujourd'hui, plus de 500...

La centrale d'achat d'espaces IP, filiale du groupe CLT-UFA, a fait part hier au MIPCom des résultats de son étude annuelle pour 1998 "les chiffres clés de la télévision". Aujourd'hui, plus de 500 chaînes sont distribuées en Europe. 97,4 % des foyers en Europe occidentale possèdent un téléviseur, contre 99 % au Japon et 98,3 % aux Etats-Unis. La durée d'écoute journalière est passée en Europe de 199 minutes en 1997 à 205 minutes (3 h 25 mn) en 1998. Au Japon, cette durée est passée de 214 à 222 minutes. La France reste en dessous de la moyenne avec 197 minutes par jour. Dans tous les pays, malgré l'arrivée de nouvelles chaînes (commerciales à l'Est, payantes et thématiques à l'Ouest), la télévision publique résiste bien. Les chaînes du secteur public en Europe de l'Est (excepté la Hongrie, la Russie et la Bulgarie), ont même vu leur audience progresser et passer de 27,3 % en 1997 à 34,3 % en 1998. Leur part d'audience est stable en Europe de l'Ouest, aux alentours de 39,7 %. Selon l'étude d'IP, alors que le nombre de chaînes ne cesse de progresser, les marchés tant des programmes que des sports restent très locaux. Seules quelques chaînes paneuropéennes, comme Europsport, (diffusée en 16 langues) ou CNN (4 langues), ont réussi à percer. Par ailleurs, la pénétration des bouquets numériques est la plus forte en France, en Angleterre et en Espagne. Ces trois pays cumulent 75 % des abonnements à la télévision numérique en Europe. Toutefois, l'arrivée prochaine, d'ici trois ou quatre ans, de la télévision numérique hertzienne dans tous les pays d'Europe pourrait ralentir le succès des bouquets par satellite et par câble. (Christine Weissrock - Atelier Paribas)