Selon le cabinet Benchmark Group, qui a réalisé une étude auprès de 65 e-marchands, parmi lesquels 3 Suisses, Accor Hôtels et Mistergooddeal, le commerce électronique a augmenté de 33% en 2006, pour s'établir à 9.3 milliards...

Selon le cabinet Benchmark Group, qui a réalisé une étude auprès de 65 e-marchands, parmi lesquels 3 Suisses, Accor Hôtels et Mistergooddeal, le commerce électronique a augmenté de 33% en 2006, pour s'établir à 9.3 milliards d'euros. L'e-commerce représente désormais plus de 10% des achats dans certains secteurs comme l'électronique grand public, l'informatique ou les voyages.
 
Nouveaux venus dans le paysage du commerce en ligne, l'habillement, l'hygiène-beauté, l'équipement de la maison et l'automobile réalisent une véritable percée, notamment, précise le cabinet, "par l'émergence de nouveaux concepts de distribution et d'une nouvelle clientèle sur Internet".
 
Impossible, donc, de considérer encore l'e-commerce comme quantité négligeable du circuit de vente. Benchmark Group va plus loin, et souligne que cette croissance "n'est donc plus du tout indolore pour les réseaux de magasins".
 
Attirées par les promesses du Net, de nombreuses entreprises jouent désormais sur les deux panneaux. "[...] beaucoup de groupes de distribution [ont] récemment rénové leur présence en ligne ou annoncé leur retour sur Internet pour, eux aussi, tirer profit du potentiel de ce canal de vente. En effet, avec moins d'un français sur deux qui achète en ligne, les marges de croissance demeurent très fortes", précise l'étude.
 
Les chiffres concernant la part de l'e-commerce restent néanmoins encore relativement flous. En effet, en janvier 2007, la FEVAD (Fédération des entreprises de vente à distance) avait estimé la croissance du commerce en ligne à 40%, avec un chiffre d'affaires s'élevant à 12 milliards d'euros.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 19/04/2007)