vraiment la guerre. Lundi, le bouquet CanalSatellite Digital et son concurrent Via Digital ont annoncé simultanément que "les négociations sont rompues" concernant un éventuel accord sur l'utilisati...

vraiment la guerre. Lundi, le bouquet CanalSatellite Digital et son concurrent Via Digital ont annoncé simultanément que "les négociations sont rompues" concernant un éventuel accord sur l'utilisation d'un décodeur commun, ouvert et compatible. CanalSatellite Digital, opérationnel depuis janvier (90 000 abonnés), défend l'utilisation du décodeur "Simulcrypt" sans interface commuce. De son côté, Via Digital qui doit être lancé en septembre veut imposer un décodeur ouvert de type "Multicrypt". Pour arriver à un compromis, les deux bouquets ont jusqu'au 7 juillet, dernier délai. S'ils ne trouvent pas d'accord, le gouvernement imposera l'utilisation du décodeur Multicrypt choisi par Via Digital dont 150 000 unités ont déjà été commandés à la société américaine Echostar et à Nokia. Bien que CanalSatellite Digital ait proposé de louer ses propres décodeurs, munis d'une interface commune, pour 400 pesetas par mois, Via Digital a refusé pretextant que cela augmenterait ses frais d'1 milliard de pesetas par an compromettant ainsi la viabilité de la plateforme. Les actionnaires franco-espagnols de CanalSatellite espèrent que Bruxelles finira par trancher en leur faveur, le commissaire européen des Télécommunications, Martin Bangemann, ayant déclaré "le système Simulcrypt est ouvert et compatible, tandis que le Multicrypt n'existe pas encore sur le marché". Il a aussi précisé qu'une procédure d'infraction aux règles communautaires pourrait être ouverte par la Commission de Bruxelles dans les prochains jours contre Madrid. Cependant, le ministre espagnol du Développement, Arias Salgado réplique "En cas de conflit avec Bruxelles, c'est la Cour de justice européenne qui aura le dernier mot". De belles batailles en perspective !!! (Les Echos - 18/06/1997)