Les règles du copyright constitueraient un frein à l'innovation pédagogique, selon une étude américaine. Les professeurs américains seraient notamment réticents à utiliser et partager des contenus Internet pour leurs cours...

Les règles du copyright constitueraient un frein à l'innovation pédagogique, selon une étude américaine. Les professeurs américains seraient notamment réticents à utiliser et partager des contenus Internet pour leurs cours.
 
Les enseignants en science des médias seraient réticents à utiliser du contenu multimédia dans le cadre de leurs cours, avance l'étude "The Cost of Copyright Confusion for Media Literacy". Raison invoquée : ces derniers feraient preuve d'une certaine méconnaissance des lois régissant le droit au copyright et craindraient les poursuites judiciaires pour reproduction ou diffusion non autorisée. Un état de fait qui constituerait un véritable frein à l'innovation pédagogique selon le rapport présenté le 25 septembre au Washington College of Law.
 
L'innovation à l'école en question
 
"Les standards universitaires américains prévoient que les élèves puissent développer un point de vue critique et des capacités à communiquer", a expliqué Renee Hobbs, coenquêtrice dans le cadre de cette étude réalisée par la Temple University. Pour elle, la mésinformation des professeurs quant à leur droit d'utilisation des matériels vidéo, audio et même texte, est la cause directe du manque de diversité et de créativité dans la manière d'enseigner. "Les professeurs hésitent à partager des pratiques innovantes avec leurs collègues, à diffuser du matériel de cours en ligne ou encore des travaux d'étudiants. A cause de cette mécompréhension, il donnent un mauvais exemple à leurs élèves" a-t-elle ajouté.
 
Le copyright comme frein à la pédagogie
 
Dans le cadre d'une activité pédagogique où la reproduction, la présentation et la démonstration sont essentielles, le rapport universitaire souligne que les professeurs désireux de diversifier leurs supports de cours s'en voient empêchés par les lois du copyright. Menée auprès de soixante trois enseignants sur l'ensemble du territoire américain, l'enquête illustre par de nombreux exemples les freins à l'utilisation de contenus médias. Le texte cite notamment le cas d'un professeur s'étant interdit d'utiliser YouTube comme outil pédagogique lors de son cours. D'autres, souhaitant publier leurs cours, n'auraient trouvé aucun écho auprès des éditeurs. Ces travaux comportaient notamment des références issues du cinéma, de la publicité, ou encore du média Internet.
L’Atelier BNP Paribas