Certains se lassent, d'autres restent accros. Les réseaux sociaux sont actuellement en phase de stabilisation. Une certitude toutefois : les contenus originaux et créatifs restent la clef.

Coup de fatigue pour les réseaux sociaux

Après plusieurs années de croissance galopante, tant en volume d’utilisateurs qu’en présence par pays, les réseaux sociaux semblent subir un certain ralentissement auprès de leurs utilisateurs. C’est en tout cas ce qui ressort d’une récente étude menée par le cabinet Garner auprès de plus de 6000 personnes âgées de 13 à 74 ans. Plus précisément, 24 % de ce panel affirme utiliser moins souvent leur réseau social favori qu’au moment de leur inscription sur ce dernier. Parmi les principales raisons de désaffection invoquées par ces utilisateurs, la problématique liée à la vie privée vient en tête pour 33% des sondés.

Des chiffres à relativiser

Mais si on constate un léger mouvement de recul sur les premiers adhérents aux services en ligne, une frange d’utilisateur plus jeune et technophile, soit près de 37% du panel, continue de consulter les réseaux sociaux avec la même assiduité, voire d’augmenter leur fréquence d’utilisation. Pour Gartner, ces équilibrages ne sont pas forcément négatifs, mais au contraire auraient tendance à souligner une forme de maturité des usages sur les réseaux sociaux.

Une lassitude liée au manque de créativité ?

Globalement, il est intéressant de noter que cette lassitude naissante pourrait être liée à plusieurs facteurs. Le moteur fondamental des réseaux sociaux se nourrit des contenus publiés. Et la qualité de ces derniers est incontestablement un facteur d’adhésion fort. Si les messages liés à la quotidienneté des utilisateurs peuvent être amusants pendant une période relativement courte, ils ne suffisent pas à pérenniser un usage dans le temps.

Par ailleurs, ces contenus sont également liés à la diversité des relations, et donc à une croissance du réseau personnel via des nouveaux amis ou des marques. Sous condition, bien sur, que les messages diffusés soient suffisamment originaux pour créer une adhésion de la communauté. Pour Gartner, justement, tout le challenge pourrait être là : diffuser à des internautes de plus en plus exigeants des contenus de plus en plus créatifs.