éléctronique, signent un nouveau contrat. En prenant 7 % du capital d'Intershop Communications et en signant avec elle un contrat de licence commerciale d'environ 25 millions de dollars sur trois an...

éléctronique, signent un nouveau contrat. En prenant 7 % du capital d'Intershop Communications et en signant avec elle un contrat de licence commerciale d'environ 25 millions de dollars sur trois ans, Deutsche Telekom pourra "ouvrir un nombre illimité de galeries marchandes sur l'Internet en utilisant le logiciel d'Intershop". Le système de paiement utilisera la technologie de la carte à puce. Société d'origine allemande, Intershop édite des logiciels permettant de bâtir des boutiques électroniques préfabriquées s'adaptant aux besoins des utilisateurs. Provenant de son ancien service télématique BTX, Deutsche Telekom gère déjà 2 000 boutiques commerciales qui seront reconverties dans un grand magasin virtuel baptisé "Intershop Mall". Selon le directeur général d'Intershop France, Deutsche Telekom envisagerait d'ouvrir 10 000 boutiques en proposant de créer leur commerce virtuel à toutes les sociétés figurant dans les pages jaunes de son service en ligne T-Online (1,5 million d'abonnés). Intershop s'appuie dans chaque pays sur les systèmes de paiement électroniques en vigueur. Intershop est associé au projet européen Europay. Intershop utilisait jusqu'à présent Cybercash et Brokat en Allemagne, la technologie de paiement de Kleline (filiale Compagnie Bancaire) et Payline, système de paiement développé par SG2 (filiale Société Générale) en France. Parmi sa clientèle, on trouve la boutique de M6, les Trois Suisses, le service de vente de pièces de monnaies de collection sur Internet du ministère des Finances.

Selon International Data Corporation, le commerce sur le Web passera à plus de 220 milliards de dollars en 2001, dont 26 milliards réalisés en Europe, (2,6 milliards de dollars l'an passé). Pour l'instant, les ventes sur le Web ne se concentrent que sur quelques produits comme les outils multimédias, les CD ou les livres. Encore restreinte, la clientèle est essentiellement américaine. Si le marché français semble toutefois satisfaire Intershop "Nous sommes très optimistes : 6 galeries marchandes ont déjà été vendues en un an", les Européens faisant naturellement leurs courses sur le Web sont surtout les Norvégiens, les Suisses, les Allemands et les Anglais. France Télécom pourrait, après Deutsche Telekom s'intéresser à ce marché. Intershop qui assure que "des pourparlers sont en cours", espère qu'un accord pourra se signer à l'automne prochain. Cependant, voulant aussi leur part de gâteau, les géants comme Microsoft, Hewlett Packard, IBM se lancent sans perdre de temps sur ce marché, la concurrence risque d'être très rude. (Les Echos - La Tribune - 06/08/1997)