Opinion Way a réalisé une étude pour le compte de Startnet, auprès de 44 dirigeants de sites marchands sélectionnés parmi les 200 acteurs majeurs du commerce électronique en France, en terme de noto...

Opinion Way a réalisé une étude pour le compte de Startnet, auprès de 44 dirigeants de sites marchands sélectionnés parmi les 200 acteurs majeurs du commerce électronique en France, en terme de notoriété, d’importance et de part de marché, afin d’analyser les pratiques actuelles des e-marchands en matière de paiement en ligne sur leurs sites, d’étudier leur perception des problèmes liés à l’insécurité du paiement en ligne et de recueillir leurs intentions et leurs prévisions en terme de modes de sécurisation. Pour 80 % des dirigeants interrogés, 45 % de leurs clients règlent leurs achats en ligne. Pour moins de 25 % des dirigeants, 49 % de leurs clients n’effectuent pas de règlement en ligne. Le montant moyen des règlements en ligne s’élève à 1 000 F et plus pour 38 % des clients, entre 500 et moins de 1 000 F pour 6 %, entre moins de 100 à 500 F pour 33 %. Les e-marchands interrogés estiment à 45 % la part des transactions frauduleuses sur leur site. Pour 88 % des dirigeants interrogés, le principal obstacle au développement du paiement en ligne provient des craintes des consommateurs, contre 12 % des fraudes des consommateurs. Comme mode de sécurisation de paiement en ligne pour le développement de leur société, 48 % des dirigeants envisagent les solutions de cryptage SSL sans garantie de paiement, 24 % des intermédiaires de paiement, 9 % une solution de certification SET, 19 % aucun. 57 % se déclarent prêt à accepter une commission de paiement supérieure en contrepartie d’un paiement garanti. 71 % pensent que les coûts d’intermédiation bancaire vont plutôt baisser, 24 % plutôt rester stables, 5 % plutôt augmenter. 76 % des personnes interrogées estiment que l’utilisation de la monnaie électronique par les clients se substituera aux autres modes de paiement en ligne. 95 % jugent l’offre d’assurance en matière de règlement des transactions utile, dont 40 % très utile. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 14/02/2001)