Les employés sont nombreux à surfer sur les blogs et sites sociaux via leurs propres combinés au travail, notamment à des fins professionnelles. Une tendance encore peu prise en compte par les directeurs informatiques.

Les DSI sous-estiment l'usage des applications sociales par les salariés

Peut-on parler d'un décalage entre l'usage qu'ont les salariés des technologies grand public sur le lieu de travail via un appareil portable et la perception qu'en ont leurs employeurs ? Sans aucun doute, révèle une étude conduite en Europe par IDC pour le compte d'Unisys Corporation. Ainsi, les collaborateurs - environ 1300 ont été interrogés en France, en Grande-Bretagne, en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas - sont de plus en plus nombreux à utiliser leurs outils personnels et des applications sociales au bureau. L'autre tendance, c'est que ces mêmes combinés et applications sont désormais utilisés à des fins de travail : 40 % des appareils utilisés pour accéder à des applications professionnelles appartiennent aux employés, soit une augmentation de 10 % en un an. 16 % des personnes interrogées se rendent sur Facebook et MySpace dans un but professionnel. Elles sont également 35 % à consulter des blogs, forums et des wiki depuis leur bureau. Enfin, l'utilisation de Twitter, là encore pour travailler, est en hausse de 60 %.

Des responsables qui sous-estiment l'usage des technologies sociales

Côté mobilité, l'étude rapporte également que pour près de la moitié des travailleurs interrogés, l'ordinateur portable est désormais le principal outil de travail, et à peu près autant jugent que son importance n'aura de cesse de grandir. Autant de chiffres plutôt encourageants sur la mobilité des salariés et l'adoption des outils sociaux dans le cadre professionnel. Le problème, c'est que les employeurs ont une perception totalement différente des usages de leurs collaborateurs : le deuxième volet de l'étude a porté auprès d'un peu moins de 300 directeurs informatiques européens. Et l'un des résultats est que la moitié des responsables interrogés sous-estime l'étendue réelle de l'usage des technologies sociales et grand public au sein de l'entreprise. Ainsi, alors que les trois quarts des collaborateurs indiquent utiliser leur propre smartphone à des fins professionnelles, seul un tiers des dirigeants pense que c'est le cas.

Renforcer la sécurité

La bonne nouvelle, c'est que près de huit responsables interrogés sur dix estiment qu'autoriser l'usage de combinés personnels à des fins professionnelles a un impact positif. Du coup, la moitié juge que proposer aux individus un remboursement partiel de leurs appareils permettrait d'augmenter le bien-être des salariés et la productivité. Mais avant, il faudra répondre à des inquiétudes au niveau sécuritaire : plus de 80 % des directeurs informatiques partagent cette appréhension. Et 51 % craignent les virus qui circulent sur les réseaux sociaux. Pour le moment, peu d'actions peuvent être notées en ce sens, regrette Unisys : selon le rapport, les responsables en font moins cette années que l'année passée pour sécuriser le système, comme publier des directives concernant les médias sociaux (45 % cette année contre 62 % l'an passé), ou comme l'utilisation de mots de passe compliqués (46 contre 59 %).