Les plates-formes de "peer to peer" ont longtemps été les ennemis jurés des maisons de disques. Mais, l'engouement durable des internautes pour cette forme de téléchargement pousse les...

Les plates-formes de "peer to peer" ont longtemps été les ennemis jurés des maisons de disques. Mais, l'engouement durable des internautes pour cette forme de téléchargement pousse les majors à revoir leurs plans. La maison de disques américaine, EMI, a conclu un accord de distribution avec Qtrax, un service d'échange de musique partiellement gratuit et financé par la publicité qui devrait être lancé aux États-Unis avant la fin de l'année.
 
Le modèle économique peer-to-peer (P2P) de Qtrax, développé par la société new-yorkaise LTDnetwork , repose en partie sur la publicité. Il permettra donc au consommateur de télécharger de la musique gratuitement ou en payant, selon les options choisies.
 
Le service a ses limites, imposées par les mesures techniques de protections, les DRM. Outre les multiples offres publicitaires qui seront affichées à chaque lecture, EMI Group précise que la musique pourra être téléchargée dans un format propriétaire (.MPQ) qui permet aux utilisateurs de lire les fichiers un nombre prédéterminé de fois.
 
Comme le site Napster, Qtrax prévoit d'autoriser 5 écoutes, mais cette limite pourra varier selon les majors. Après cela, un message d'invitation à l'achat s'affichera. Car, pour EMI l'offre gratuite de musique n'a qu'un intérêt : "attirer une grande base de consommateurs pour essayer le service, et ensuite les inciter à acheter la musique ou à s'abonner".
 
Pour la partie payante, Qtrax proposera deux modes d'accès à son catalogue: illimité et sur abonnement, sur le modèle de Rhapsody ou de Yahoo Music, ou bien à l'unité, sur le modèle d'iTunes. Les maisons de disques percevront, en plus des royalties sur l'abonnement ou les achats de titres à l'unité, une partie du chiffre d'affaires publicitaire généré par Qtrax.
 
Pour cela, encore faut-il que la future plate-forme séduise les publicitaires. "Nous avons des annonceurs qui sont potentiellement partants, mais tant que rien n'est lancé, c'est un peu théorique d'en parler", explique Allan Klepfisz, le P-DG de Brilliant Technologies, la maison-mère de LTD Network. Il ajouté que sa priorité était jusqu'à présent de convaincre les quatre majors du disque.
 
Car le lancement de QTrax n'interviendra qu'une fois qu'un accord sera conclu avec les trois autres majors que sont Universal Music, Sony BMG et Warner Music. Le groupe prévoit qu'il aura lieu d'ici à la fin de l'année.
 
La signature d'EMI est de bonne augure. Elle marque le premier pas de l'industrie du disque qui, après les majors du cinéma, Warner Bros en tête, commence enfin à se tourner vers les services de P2P.
 
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 07/06/2006)