A l'image du marché global des services sur téléphones portables, en pleine expansion, le secteur de la communication et du marketing prend ses marques. Par SMS avant de se généraliser sous forme d'applications.

"En Afrique, le marketing mobile devrait croître très rapidement"

Entretien avec Yaron Assabi, fondateur et PDG de Digital Solutions Group (DSG). L'Atelier l'a rencontré à l'occasion du salon Afri-Tech, dédié au marketing digital, et qui se tient actuellement à Nairobi.

Y a t'il un marché déjà constitué lié au marketing mobile en Afrique ?

Il y a une demande importante de la part de grandes compagnies qui veulent utiliser des applications pour engager le consommateur, l'atteindre plus aisément. Evidemment ce sont elles qui ont eu d'abord les budget et la maturité pour y aller, mais les entreprises plus petites s'y mettent aussi. Tant mieux car le continent est constitué de PME. Il y a encore énormément de travail à faire, mais je pense que le marché va croître très rapidement. Le marché des services mobiles en général connaît lui cette poussée exponentielle. Il est normal que celui du marketing suive.

Mais on a pu voir pendant la conférence qu'un nombre important des participants ne voient pas véritablement comment se lancer dans la course.

C'est vrai, parce que cela demande d'être informé. Mais je suis convaincu que les opérateurs et les fabricants sont en train de faire le travail nécessaire pour promouvoir la création d'applications. Tout simplement parce que c'est dans leur intérêt : ils veulent entrer dans la course. Safaricom ou MTNsont ainsi en train de lancer leur magasin d'applications. Et c'est tant mieux parce que du coup ils apportent leur aide aux PMEpour mettre au point l'application adéquate. Et cela notamment dans le secteur marketing, qui est un écosystème compliqué.

On parle beaucoup d'applications, mais en Afrique, la grande majorité des individus possède plutôt un téléphone basique !

Oui, sur lequel on peut lancer des campagnes marketing en utilisant le SMS, ou via USSD. Jusqu'à ce que la migration vers les smartphones s'opère, grâce aux combinés low cost comme Ideos de Safaricom ou Vodafone Smart, nous verrons de plus en plus d'initiatives de ce type. Nous avons ainsi mené une campagne pour Coca-Cola et MacDonalds qui propose au consommateur de simplement envoyer son nom par SMS pour tenter de gagner un iPad. Voilà les principales stratégies pour le moment, mais à moyen ou long terme, l'ordiphone devrait connaître un taux de pénétration similaire à l'Europe. Tout du moins dans certains pays. Et l'on devrait voir une évolution du SMS vers le WAP.

Et quelles seront les stratégies adoptées par les marketeurs : plutôt du divertissement ou de l'information ?

Ce sera un mélange des deux, mais la place accordée aux applications liées à l'information, notamment santé, sera importante. Ainsi qu'à la formation, type M-Learning. Parce que les gens en ont besoin, tout simplement. Si de tels contenus sont proposés par des marques, ils seront accessibles gratuitement. Les services liés à la localisation devraient aussi prendre de l'ampleur. Soit à cause des distances, ou de difficultés à se déplacer, Les distances sont immenses en Afrique, les gens veulent des informations sur ce qui les entoure.

Rédigé par Mathilde Cristiani
Head of Media