Toutes peuvent augmenter leur popularité, mais toutes ne partent pas avec les mêmes armes : le domaine d'activité conditionne en partie le succès sur le web communautaire.

Les entreprises sont à armes inégales face aux medias sociaux

N’importe quelle entreprise peut mettre en place des stratégies pour augmenter sa popularité auprès des internautes, mais ces efforts porteront leurs fruits de façon inégale d’une société à une autre. De nombreux facteurs – comme la démographie - sont exogènes, et les marketeurs n’ont que peu de prise sur eux. Voilà le principal constat dressé par Alinean, dans une étude menée sur les stratégies communautaires des 500 plus grandes sociétés américaines. “La bonne nouvelle c’est que la plupart des organisations peuvent augmenter sensiblement leur popularité sur les médias sociaux en adoptant certaines bonnes pratiques”, expliquent les auteurs de l’étude. Mais de fait, en fonction du secteur auquel l’entreprise appartient, la base clients n’aura pas la même présence sur les sites communautaires.

Une popularité qui varie en fonction du secteur d’activité

Les stratégies mises en place n’auront du coup pas la même portée. Point intéressant : en fonction du réseau considéré, les données varient sensiblement. Ainsi, parmi les plus grandes entreprises américaines, ce sont celles qui sont liées aux produits de grande consommation, à la vente de détail ou à l’industrie automobile qui sont les plus populaires sur Facebook (en nombre de fans). Quand, sur Twitter, ce sont davantage les sociétés spécialisées dans le secteur high-tech ou celui du voyage qui sont plébiscitées (en nombre de followers). Enfin, pour ce qui est du réseau professionnel LinkedIn, les établissements bancaires ou les entreprises de télécommunications jouissent relativement d’une plus grande notoriété (en nombre de connexions).

Pour chaque réseau, des stratégies différentes.

Autre chose : chacune de ces plates-formes appelle, selon les analystes, des stratégies spécifiques. Sur Twitter, c’est le caractère informatif des publications qui doit être privilégié, mais aussi les promotions, et la capacité à engager un dialogue personnel avec les clients. Quand Facebook est le lieu où les fans de la marque peuvent se rassembler. Fans qu’il va falloir mobiliser, par des jeux-concours qui permettent d’augmenter leur implication, par exemple. L’objectif principal étant d’augmenter l’affinité pour la marque des membres présents. Enfin, sur LinkedIn, le caractère B2B prime avant tout. Les échanges professionnels, et le nombre de personnes associées aux discussions, seront la clé du succès d’une entreprise sur cette plate-forme. 

Rédigé par Basile Segalen