En partenariat avec le magazine DVDMania, l’institut d’études QualiQuanti (http://www.qualiquanti.com) a réalisé une importante étude de prospective sur le DVD auprès de 120 internautes, utilisateur...

En partenariat avec le magazine DVDMania, l’institut d’études QualiQuanti (http://www.qualiquanti.com) a réalisé une importante étude de prospective sur le DVD auprès de 120 internautes, utilisateurs d’un DVD de salon. 93 % des internautes interrogés citent la qualité de l’image comme principale motivation d’achat, 83 % la qualité du son. 77 % d’entre eux se déclarent satisfait de l’utilisation de leur DVD. 85 % avouent que l’utilisation d’un lecteur DVD, par rapport à la vidéo, a beaucoup ou assez changé leur façon de regarder les films sur un téléviseur. 40 % des possesseurs de DVD-Rom, soit 26 % du total de l’échantillon, l’ont connecté au téléviseur. 78 % des personnes interrogées estiment que le DVD est un bon support pour regarder les films américains, contre 38 % seulement pour les films français. 52 % pensent même que celui-ci constitue un assez bon support pour la production française. Les répondants apprécient particulièrement les films «à images» (scènes d’action, paysages, effets spéciaux) pour la qualité du rendu visuel en DVD, les films dont la bande son a été travaillée de façon particulière et les concerts pour l’excellente qualité du son en DVD, les DVD garnis en quantité de bonus de qualité, et les films appréciés au cinéma, pour le plaisir de la restitution «home cinéma». 10 % des personnes interrogées possèdent moins de 5 DVD, 34 % entre 5 et 14, 28 % entre 15 et 29, 13 % entre 30 et 49, 14 % 50 DVD et plus. 79 % des achats de DVD sont effectués dans les grandes surfaces spécialisées (Fnac, Virgin …), 43 % via des sites Internet français, 38 % dans les hypermarchés. L’achat de DVD étrangers (via Internet ou directement dans le pays) est un moyen très utilisé pour acheter des DVD moins chers. Les pays voisins de la France, comme la Belgique, l’Italie (même zone) et les Etats-Unis (mais nécessite le dézonage) sont particulièrement appréciés. 63 % estiment que le prix d’un DVD par rapport à la K7 vidéo est tout à fait ou plutôt justifié. Le prix moyen d’un DVD est d’environ 172 F. Parmi les différents types de bonus proposés sur les titres DVD, 83 % apprécient le making of/coulisses du tournage, 80 % les scènes non montées, 78 % le bêtisier. Depuis qu’ils sont équipés d’un DVD, 22 % des personnes interrogées avouent aller un peu ou beaucoup moins au cinéma. 68 % vont autant au cinéma qu’avant. 50 % possèdent à la fois un lecteur DVD de salon et un DVD-Rom. Pour 53 % des personnes interrogées, l’achat d’un lecteur DVD date de moins d’un an. Le prix moyen s’établit à 2 560 F environ. Plus d’un internaute sur 3 a payé son lecteur DVD moins de 2 000 F, 7 % plus de 5 000 F. 40 % ou plus possèdent également des enceintes, une chaîne hi-fi reliée au lecteur DVD, la TV 16/9ème et une caisse de basses. 41 % des internautes se servent souvent ou systématiquement de leur lecteur DVD comme lecteur de CD audio. 75 % de l’échantillon louent des DVD, 25 % en louent au moins 1 fois par semaine. Le prix de location varie entre 10 F (pour environ 6 h) à 40 F. Le prix unitaire moyen de location est estimé à 20,50 F. Plus de 50 % des utilisateurs pense que la location de DVD ne se différencie pas de la location de VHS, mis à part la différence résidant dans les qualités du DVD lui-même. Toutefois, certains regrettent le choix des titres encore restreint. L’arrivée des DVD enregistrables est perçue comme l’aboutissement logique de la révolution technologique qu’est le DVD. Les DVD enregistrables sont perçus comme le moyen de se procurer des DVD à moindre prix. Toutefois, certains utilisateurs craignent un coût de revient élevé de l’enregistrement de DVD. Certains pensent même qu’il sera plus rentable de continuer à acheter des DVD originaux, les graveurs risquant d’être très chers. Etant encore peu informés sur les caractéristiques des DVD enregistrables, les répondants s’inquiètent quant à la qualité de l’enregistrement. L’étude complète de 150 pages est commercialisée 5 000 F HT. (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas – 28/03/2001)