Maroc. N'ayant pas réussi à trouver sa rentabilité malgré ses 140 000 abonnés, la télévision privée à péage 2M au Maroc a été transformée, en début d'année, en une seconde chaîne publique généralis...

Maroc. N'ayant pas réussi à trouver sa rentabilité malgré ses 140 000 abonnés, la télévision privée à péage 2M au Maroc a été transformée, en début d'année, en une seconde chaîne publique généraliste qui couvre désormais 80 % du territoire. Canal Plus a ainsi pu prendre une place laissé vacante et lancée Canal Horizons. Détenue à 80 % par Canal Plus, cette chaîne payante est déjà présente en Afrique depuis 1991 en réception directe et par voie hertzienne ou sur réseaux MMDS (câble sans fil), en Tunisie, Côte d'Ivoire, Djibouti, Gabon et dans certaines villes du Togo, du Mali, du Niger, du Zaïre, du Cameroun et du Sénégal. C'est lors d'une visite en France en mai 1996 du roi du Maroc que s'est négociée l'arrivée dans ce pays de Canal Horizons, ratifiée par la suite en novembre. Pour utiliser son ancien réseau de distribution de douze agences réparties dans le royaume chérifien, Canal Plus a signé un accord avec 2M fin 1996. Diffusant plus de films que Canal Plus (520 longs métrages chaque année), mais ni films pornographiques, ni journaux d'information, Canal Horizons reçue par 120 000 abonnés en Afrique (95 000 sur des réseaux hertziens et 25 000 en réception satellite) visait initialement 30 000 abonnés. Ayant fait l'objet en 1995 de provisions exceptionnelles de 42,5 millions de F dans les comptes de Canal Plus, pesé pour 34 millions dans le bilan de 1996, Canal Horizons espère atteindre l'équilibre en 1998. Son démarrage a connu quelques problèmes. Choisi par Canal Plus pour distribuer les décodeurs, Majid Benchekroun a été impliqué dans une affaire de contrebandes de paraboles et interrogé à propos de ses déclarations sur la valeur douanière des cartes d'abonnements pour la chaîne cryptée. Condamné, il devrait retrouver la liberté dans les prochains jours. Ce choix a, selon l'ambassade de France à Rabat, bloqué le développement de Canal Horizons pendant plusieurs mois. Canal Horizons a adopté, pour éviter tout risque de piratage, un système de vente de clés, sorte de télécartes contenant sur une puce des abonnements d'une durée de six ou douze mois. Ce problème est l'un des plus épineux que rencontre Canal Plus. Collective au Cameroun où certains câblo-opérateurs diffusent la chaine auprès d'ilots comportant jusqu'à 500 logements, cette fraude est indiviquelle en Algérie où 150 000 à 200 000 foyers captent Canal Horizons au moyen de cartes achetées en Allemagne ou en Irlande, dans la plus grande illégalité . (Le Monde - 09/08/1997)