Le logiciel de l'université de Manchester rend plus réaliste la texture des éléments de décor virtuels. A partir de deux clichés pris d'un même objet, il extrait une image qui respecte la profondeur de l'élément réel.

Pour rendre le décor des jeux vidéo et des films d'animation plus réaliste, il est nécessaire de donner plus de profondeur à la texture des matériaux virtuellement représentés : pierre, terre... L'université de Manchester a découvert un moyen - repéré par The New Scientist, de donner plus de réalisme aux textures, même en gros plan. Elle propose de reconstruire la profondeur d'une surface virtuelle en prenant simplement deux clichés de la représentation réelle de celle-ci, un avec flash, le second sans flash. Il suffit ensuite d'analyser informatiquement les différentes ombres pour capturer la texture en 3D de la surface. Intérêt du dispositif : il est simple et surtout économique. En effet, pour le moment, la méthode la plus fréquemment utilisée requiert l'utilisation - longue et coûteuse - de scanners lasers.
Un logiciel pour traiter la profondeur
La photo prise sans flash se fait sous une lumière qui reproduit des conditions météorologiques nuageuses. Dans ce cas-là, les endroits plus profonds reçoivent donc moins de lumière et apparaissent plus sombres, et inversement. Le flash, quant à lui, sert à faire ressortir avec exactitude les couleurs. Les scientifiques ont ensuite développé un logiciel capable de comparer l'éclat de chaque paire de pixels et de calculer dans quelle mesure cet éclat est dû à sa position ou à sa couleur. Le système génère ensuite automatiquement des décors dont la texture reproduit les ombres et contours des véritables objets. Ce, même si l'on zoome sur la zone reproduite. Selon les responsables du projet "Surface depth hallucination" issu du projet Daedalus, le modèle obtenu peut être déployé sous n'importe quel éclairage.
Un aperçu réaliste et peu onéreux
Pour vérifier le réalisme de leurs résultats, les chercheurs ont demandé à une vingtaine de volontaires de comparer la photo d'une surface dont la profondeur a été rendue en superposant les deux points de vue à une autre qui utilise les techniques lasers. Résultat : les volontaires n'auraient perçu aucune différence. Preuve que le système peut servir à grande échelle : il a été utilisé pour donner plus de profondeur aux décors du film d'animation Maya Skies, prévu pour 2009. A noter : le projet a été présenté à l'occasion du Siggraph, qui s'est tenu récemment aux Etats-Unis.