Des systèmes de paiement dématérialisés, plus d’outils numériques et toujours des vendeurs : une étude réalisée par l’IFOP pour Comarch révèle l’idée que les Français se font du shopping dans 5 ans et en 2030.

Les Français et les magasins connectés : un accueil en demi-teinte

De nombreuses études cherchent à anticiper les besoins des futurs acheteurs. C’est le cas de celle de Content Square sur les profils des prospects et clients du e-commerce et également de celle réalisée par l’IFOP pour Comarch, spécialiste européen des solutions IT. Ce sondage permet d’analyser ce que les Français attendent du magasin à l’horizon 2030. Il a été effectué entre le 1er et le 3 décembre via des questionnaires en ligne et auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1211 personnes.

Ils sont 88% à imaginer que les magasins physiques seront équipés d’outils numériques et 78% à penser que les caisses auront disparu, remplacées par des systèmes de paiement dématérialisés. 70% considèrent également qu’il y aura beaucoup moins de magasins physiques. En revanche, ils sont moins nombreux à imaginer une transformation de taille qui affecterait l’emploi : seulement 54% des personnes interrogées estiment que les vendeurs seront tous remplacés par des outils numériques consultables en boutique.

 Le shopping en 2030

Les Français ne sont donc pas averses au changement mais sont réticents à la personnalisation qu’ils associent à une forme d’ingérence. En effet, pour 65% des sondés, le fait que les marques cherchent de plus en plus à connaître le profil, les goûts et la localisation de leurs clients, de manière à mieux cibler les offres à leur proposer, est plutôt une mauvaise chose, perçue comme une démarche intrusive. Aussi, la majorité jugent “pas intéressants” les services pouvant être proposés en magasin grâce à l’utilisation du smartphone.

Ils sont par exemple 74% à désapprouver le fait de permettre aux vendeurs d’avoir accès au profil client pour mieux les conseiller. De même, 57% sont contre l’idée de disposer d’un service de localisation pour les aider à s’orienter en magasin et 55% ne sont pas séduits par l’idée de recevoir en temps réel des offres promotionnelles sur leur smartphone lorsqu’ils passent à proximité d’un magasin. Ils sont cependant 51% à trouver intéressant le fait d’en recevoir lorsqu’ils sont dans les rayons d’un commerce. Ces statistiques diffèrent en fonction de l’âge des répondants : les moins de 35 ans voient plus d’intérêt à ce ciblage.

D’ici à 5 ans, les Français pourraient changer leur pratique d’achat, mais rares sont ceux qui pensent qu’ils seront prêts à acheter exclusivement sur internet.

Des changements sont donc envisagés, mais pas de révolution des comportements.

Rédigé par Sophia Qadiri
Journaliste