La France prépare activement les futurs sommets mondiaux sur la société de l’information (SMSI) qui auront lieux du 10 au 12 décembre 2003 à Genève et du 16 au 18 novembre 2005 à Tunis. La ...

La France prépare activement les futurs sommets mondiaux sur la société de l’information (SMSI) qui auront lieux du 10 au 12 décembre 2003 à Genève et du 16 au 18 novembre 2005 à Tunis. La ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, Claudie Haigneré, a participé le 1er juillet à la conférence présentant ces deux événements majeurs, et en a profité pour mettre en avant l’engagement du gouvernement français en faveur du développement de l’Internet et des connexions haut débit.

La France n’apparaît pourtant pas comme le meilleur élève européen en matière de sites web institutionnels. Elle n’a en effet décroché aucune distinction lors du prix eEurope 2003, dont les lauréats pour les gouvernements en ligne ont été présentés lundi dernier par Erkki Liikanen, le commissaire européen en charge des entreprises et de la société de l’information. Cette conférence, où trente ministres étaient présents, s’inscrit dans le plan d’action eEurope 2005 « visant à stimuler le développement de services, d’applications et de contenus en ligne », principalement dans les secteurs de l’administration, de la formation et de la santé.

Le portail allemand « Bremen Online Services », spécialisé dans les transactions électroniques et la signature numérique, a remporté le prix dans la catégorie « rôle de l’administration en ligne dans la compétitivité européenne. Le site d’aide autrichien sur les services administratifs et les institutions « Help » a été primé dans la catégorie « une vie meilleure pour les concitoyens européens ». Le site Internet espagnol « Tax administration e-Services » a obtenu le prix pour la « coopération et [les] services publics en ligne pour les pouvoirs publics européens, centraux et locaux. La Suède, l’Estonie, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Irlande ont reçu une mention honorable.

André Santini a exprimé son point de vue sur le sujet, en tant que Président du Global Cities Dialogue, au cours d’une conférence européenne ministérielle sur l’e-gouvernement qui s’est tenue les 7 et 8 juillet en Italie. Il a fait part de son inquiétude face au retard de la France qui, malgré de plus en plus d’initiatives, ne réussira probablement pas à « remplir les objectifs du plan e-Europe 2005 dans les 18 mois qui viennent ».

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/07/2003)