Le fournisseur d'accès à Internet innove et lance un service de partage de vidéos disponible sur la Freebox. Les abonnés pourront créer gratuitement leur propre chaîne de télévision...

Le fournisseur d'accès à Internet innove et lance un service de partage de vidéos disponible sur la Freebox. Les abonnés pourront créer gratuitement leur propre chaîne de télévision.
 
Free s'empare du succès des plates-formes de partage de vidéo sur Internet et lance un service équivalent... à la TV! Conditions requises pour profiter de cette TV Perso: faire partie de la communauté toujours plus nombreuse des freenautes, posséder une Freebox HD, être dégroupé et éligible à la TV sur ADSL. Comme sur les sites de partage, les abonnés pourront mettre leur contenu sur la plate-forme, consulter les vidéos des autres utilisateurs, les noter...
Grande nouveauté: il sera possible de diffuser en direct, à l'intention de tous les freenautes ou de certains groupes préalablement sélectionnés.
 
Gérer sa chaîne de TV personnelle
 
Dans ce dernier cas, les utilisateurs peuvent choisir d'enregistrer ou pas le contenu qu'ils mettent sur le réseau. Un mode de diffusion en différé de contenu enregistré est également proposé. Le service, diffusé sur le canal 13 de la Freebox, est compris dans l'abonnement mensuel. Pour mettre ses vidéos sur le réseau, il faut connecter son caméscope - ou tout autre appareil avec une prise S-Vidéo ou composite - sur la Freebox.
 
En ce qui concerne le mode de partage, chaque utilisateur peut choisir de proposer sa chaîne de télévision à toute la communauté ou de l'adresser directement à un ou plusieurs abonnés dans sa boîte de réception. Dernière possibilité: protéger ses contenus par un mot de passe distribué seulement aux destinataires autorisés. Quant aux freenautes en quête de vidéo à regarder, ils ont la possibilité de chercher les contenus de leur choix par catégorie - cinéma, voyage, humour... - par date de diffusion, par classement, par type de flux ou par titre.
 
Un moyen intéressant de restreindre la violation des droits d'auteur
 
Seul petit bémol: les vidéos en direct auront un léger décalage de 2 à 3 secondes. Le flux en direct est de 1 Mbit/s, et nécessite donc un minimum de temps pour encoder le signal analogique en numérique. Le mode différé, pour sa part, sera de 3,5 Mbit/s. Pour le moment, aucun modèle économique n'a encore été envisagé. Enfin, l'avantage de ne proposer ce service qu'à la communauté des freenautes devrait permettre de limiter les dérives et les violations de droit d'auteur. En effet, le FAI possède, en tout logique, les coordonnées de ses abonnés.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 29/06/2007)