Si les Google bombs n'ont que peu de choses à voir avec le terrorisme, leur pratique demeure gênante pour ceux qui en sont victimes. Pour chaque recherche effectuée sur Google, cette méthode vise...

Si les Google bombs n'ont que peu de choses à voir avec le terrorisme, leur pratique demeure gênante pour ceux qui en sont victimes. Pour chaque recherche effectuée sur Google, cette méthode vise à associer une expression, souvent peu glorieuse, au site d'une personnalité ou d'une société. C'est pourquoi la firme de Mountain View vient de mettre au point un nouvel algorithme censé détecter ces recherches défectueuses.
 
Dernier Google bombs repéré en date: la redirection vers un site consacré à Georges Bush associée à la recherche miserable failure (pitoyable raté).
 
Le moteur de recherche s'intéresse aujourd'hui à cette pratique car, estime Matt Cutts, l'un des ingénieurs du groupe, "nous nous sommes rendus compte que de plus en plus de gens supposaient que [ces blagues] correspondaient à l'opinion de Google. C'est faux, et cela valait le coup de corriger cette mauvaise perception".
 
L'algorithme mis au point par Google devrait "détecter les Google bombs dans de nombreuses langues". Cette méthode devrait minimiser la propagation de bombes numériques sur le Web. Mais pas les neutraliser. C'est pourquoi la firme invite les internautes qui auraient découvert un de ces détournements à en informer le site. La guerre est ouverte!
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 31/01/2007)