délier, de nouvelles fréquences numériques pour la diffusion à haute définition. A la demande du Congrès républicain, la FCC a dû s'incliner et faire ce cadeau royal. En effet, l'attribution aux e...

délier, de nouvelles fréquences numériques pour la diffusion à haute définition. A la demande du Congrès républicain, la FCC a dû s'incliner et faire ce cadeau royal. En effet, l'attribution aux enchères de ces nouvelles fréquences numériques aurait pu rapporter, selon les experts, jusqu'à 70 milliards de dollars (455 milliards de F). Mais de quoi s'agit-il exactement ? la FCC veut imposer une norme haute définition aux télédiffuseurs. Les dix principaux d'entre eux, en échange des investissements nécessaires, ont exigé et obtenu l'attribution gratuite des six fréquences numériques réservées à la TVHD, au moins jusqu'en 2006. Les grandes chaînes, passé ce délai pour la conversion du parc des téléviseurs au numérique, doivent restituer leurs fréquences analogiques actuelles. Cependant, un amendement glissé par les républicains dans le projet de loi sur l'équilibre budgétaire adopté cet été permet néanmoins aux chaînes de conserver toutes leurs fréquences au-delà de 2006 si 15 % des foyers desservis ont conservé des appareils analogiques. Ainsi, les télédiffuseurs ont récupéré un second canal de diffusion pour une période indéterminée. La technologie permettant, grâce au numérique, d'atteindre une qualité d'image si proche de la TVHD que le public ne verra pas la différence, ABC Television et le Sinclair Broadcast Group, entre autres, veulent utiliser leur "tuyau" numérique pour y mettre plusieurs émissions en diffusion simultanée et en définition standard. De plus, pour recevoir les canaux numériques et tous les services interactifs afférents, le téléspectateur fera une économie substantielle n'ayant pas à acheter un téléviseur spécial, mais seulement un convertisseur de 150 dollars (975 F). Bien entendu, estimant que les télédiffuseurs sont déjà injustement avantagés par la jouissance gratuite des fréquences analogiques, la presse écrite crie au scandale. Le téléspectateur américain ne paye pas de redevance (le veinard !), les chaînes exploitent gratuitement l'espace hertzien public pour y vendre de la publicité. Le président de la FCC démissionnaire Reed Hundt fustige le pouvoir fédéral et estime, le mal étant fait, qu'il faudrait imposer aux télédiffuseurs, en échange de la jouissance gratuite des ondes, la diffusion d'un minimum d'émissions "éducatives" et "du temps d'antenne libre pour le débat politique". Néanmoins, le débat échappe désormais à la Commission fédérale des télécommunications. (Le Figaro - 07/10/1997)