Sur Internet, la demande d'accès à du contenu et à des services gratuits n'a jamais été aussi forte. Créant un nouveau business model qui ne pourra perdurer sans l'appui de la publicité en ligne.

Le demande croissante de gratuité de la part des consommateurs est une aubaine pour le marketing. Les consommateurs s'habituent de plus en plus à obtenir des informations et des services en ligne sans dépenser un centime. Un nombre croissant de sites Web a donc besoin de l'appui financier de la publicité sans lequel ils ne seraient pas rentables. Cette tendance n'est pas nouvelle mais elle se confirme. C'est en tout cas ce que montre une étude réalisée par Universal McCann intitulée "Welcome to the Free World". Un nouveau business model basé sur le libre accès a en effet vu le jour ces dernières années : on peut désormais téléphoner à l'autre bout du monde avec Skype, regarder des séries sur YouTube, ou partager ses photos sur Flickr. Ce, en ne payant que le prix de sa connection à Internet.
Des volumes de services sans précédent
Plus de 70 % des personnes interrogées par Universal McCann déclarent par ailleurs préférer l'existence de publicité sur les sites qu'elles consultent plutôt que de devoir payer pour y avoir accès. Ce modèle ne pouvant subsister sans eux, il revient donc aux annonceurs et aux de se saisir des opportunités qu'il leur offre. Dans la mesure où le contenu en ligne est de plus en plus souvent gratuit, le consommateur passe de plus en plus de temps sur Internet et de moins en moins devant sa télévision ou à écouter sa radio. Les annonceurs doivent donc réélaborer leurs stratégies plurimédias en conséquence. Selon Universal McCAnn, divers facteurs technologiques et financiers (coût du haut débit, du stockage digital etc.) permettant de produire du contenu à des coûts si bas expliquent que l'idée d'un accès libre à ce même contenu est devenue envisageable.
Contamination des secteurs hors ligne
Des sociétés comme Facebook ou Habbo peuvent donc se permettre de s'adresser gratuitement au plus grand nombre en ne faisant payer que quelques annonceurs. Lesquels, en retour, sont ravis d'avoir accès à une audience aussi large. Ce modèle de gratuité est désormais si ancré dans les habitudes des consommateurs qui surfent sur le Web qu'il pourrait même se propager à d'autres secteurs hors ligne. C'est par exemple ce qu'on remarque avec l'apparition des quotidiens ou des chambres d'hôtels gratuits. Quoi qu'il en soit, les consommateurs refusent désormais de payer le contenu qu'ils consultent en ligne. Face à des volumes de services sans précédent, que ceux-ci soient du reste légaux ou non, les internautes auront de plus en plus tendance à choisir systématiquement ceux qui sont gratuits.