Le groupe de Rupert Murdoch serait en négociation avec le groupe de communication TCI qui détient 37,5 % des parts du bouquet numérique Primestar pour faire son entrée dans ce dernier. Ils cherchent...

Le groupe de Rupert Murdoch serait en négociation avec le groupe de communication TCI qui détient 37,5 % des parts du bouquet numérique Primestar pour faire son entrée dans ce dernier. Ils cherchent à racheter ensemble les parts détenus par les quatre câblo-opérateurs qui ont lancé le bouquet il y a deux ans. Depuis maintenant plus d’un an, plutôt que de lancer son propre projet à grand frais, via AskyB, sa filiale de télévision par satellite, Murdoch cherche à entrer dans Primestar, deuxième bouquet par satellite aux Etats-Unis (2,1 millions d’abonnés). Selon un premier accord conclu en juin 1997 avec Primestar, il devait prendre 30 % du capital, sans droit de vote, et devait fusionner à cette occasion AskyB et Primestar. Or, estimant que les câblo-opérateurs, propriétaires de Primestar (TCI, Cox Communications, Time Warner-Newhouse, Comcast), s’arrogeaient par ce biais une position dominante sur le marché, le département de la Justice américain lui avait opposé en mai dernier son veto. Ayant fait appel de cette décision, Primestar négocie une alternative avec Murdoch, d’autant que face à ses concurrents DirecTV (2,4 millions d’abonnés) et EchoStar (1,5 million d’abonnés), le bouquet perd depuis un an de précieuses parts de marché. Manquant d’une couverture satellitaire suffisante, ce qui lui offrirait AskyB, propriétaire d’une des rares positions orbitales couvrant tout le territoire, Primestar n’offre que 95 chaînes lorsque ses concurrents en proposent 150. Propriétaire de plusieurs bouquets en Asie et en Europe, Murdoch serait un puissant partenaire. (Les Echos 12/08/1998)