la Commission européenne. Dans une lettre d'avertissement qui affirme "la Commission n'acceptera pas d'être mise devant le fait accompli" la Commission de Bruxelles s'est émue de la position dominan...

la Commission européenne. Dans une lettre d'avertissement qui affirme "la Commission n'acceptera pas d'être mise devant le fait accompli" la Commission de Bruxelles s'est émue de la position dominante du groupe Telefonica dans le paysage audiovisuel. En effet, déjà actionnaires à hauteur de 35 % du bouquet numérique Via Digital, Telefonica a récemment pris le contrôle de la principale chaîne privée, Antena 3, partenaire de l'autre bouquet numérique, Canal Satelite Digital. De plus, grâce à cette opération, Telefonica a une position stratégique dans le domaine des droits du football. En estimant que l'acquisition d'Antena 3 par Telefonica constituait "un abus de position dominante et donnait lieu à des pratiques contraires à la libre concurrence", CanalPlus et le groupe Prisa ont déposé deux plaintes, le 31 juillet et le 6 août, devant la Commission européenne. Comme l'explique un porte-parole à Bruxelles tout en précisant qu'aucune décision de la Commission n'a encore été prise dans ce dossier "il existe des risques d'abus de position dominante, mais nous ne pouvons pas empêcher Telefonica de prendre le contrôle d'Antena 3. Vu la gravité des plaintes formulées, ce rachat à des chances d'être contraire aux règles européennes de la concurrence. Dans ce cas, il pourrait être annulé ultérieurement par la Commision". Après avoir annoncé son intention d'entamer une procédure judicaire contre l'instance européenne, Telefonica a finalement accpté, mardi 19 août, de fournir les explications demandées à la Commission européenne. Elle a aussi annoncé cette semaine son intention de céder 7,5 % qu'elle possède en direct dans Canal Satelite Digital, les autres 7,5 % étant détenus de façon indirecte. (Le Monde - La Tribune - 21/08/1997)