N° 2 des Marketing Services en France, High Co vient de lancer High Co.Institute, International BrandLinking Center, permettant à des philosophes, des technologues, des scientifiques, des chefs d’e...

N° 2 des Marketing Services en France, High Co vient de lancer High Co.Institute, International BrandLinking Center, permettant à des philosophes, des technologues, des scientifiques, des chefs d’entreprise, des hommes de marketing, des universitaires de se réunir, d’échanger et de travailler ensemble pour concevoir la Marque comme un moyen de construire durablement et profitablement les Liens avec leurs publics. High Co.Institute propose une gamme complète d’outils de formation, d’études et d’échanges autour de la Marque et des Liens qu’elle développe intégrant l’accompagnement au changement, une offre unique sur le marché par son contenu, la qualité de ses intervenants et la reconnaissance dont ils bénéficient, et une réponse adaptée à chaque fonction dans l’entreprise et des prestations axées sur l’efficacité opérationnelle et la rentabilité. High Co.institute est née à l’initiative de Frédéric Chevalier, président du directoire du groupe High Co, et de Georges Lewi, autour de nombreux ouvrages sur la Marque. De nombreuses personnalités et chefs d’entreprise européens et internationaux vont les rejoindre. Objectif : être à la pointe de la réflexion, de la recherche opérationnelle et des outils de développements qui construiront les nouveaux modèles d’entreprise. High Co.institute fait ainsi entrer les entreprises dans l’ère du BrandLinking au service de la création de valeur partagée. Au 1er semestre 2001, le groupe High Co a réalisé un chiffre d’affaires de 86,47 millions d’euros, en hausse de 91 % par rapport au 1er semestre 2000 (45,39 millions d’euros). Le résultat d’exploitation s’élève à 6,97 millions d’euros, en progression de 168 %. Le résultat courant avant impôts s’établit à 6,47 millions d’euros, contre 2,11 millions d’euros au 1er semestre 2000 et 3,66 millions d’euros au 2ème semestre 2000. Le résultat net par du groupe après éléments exceptionnels est une perte de 0,41 million d’euros, contre un bénéfice de 3,36 millions d’euros au 1er semestre 2000. Cette perte est due à une provision nette de 1,86 million d’euros comptabilisée pour tenir compte de la dépréciation de 6,46 % détenue dans la société syzygy. Une croissance organique soutenue, une levée de fonds de 18,2 millions d’euros, un endettement net inférieur à 15 % au 30 juin 2001 et une stabilité du cours de Bourse encourageante, permettent au groupe de poursuivre son plan de développement en Europe dans de bonnes conditions : Belgique et Espagne au 1er semestre, Angleterre et Allemagne d’ici juin 2002. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 22/10/2001)