Le logiciel de partage de fichiers iMesh revient dans sa version 6.0, présentée comme tout à fait légale. Pour 6,95 dollars par mois, l'internaute peut télécharger autant de morceaux ''légaux''...

Le logiciel de partage de fichiers iMesh revient dans sa version 6.0, présentée comme tout à fait légale. Pour 6,95 dollars par mois, l'internaute peut télécharger autant de morceaux "légaux" qu'il le souhaite et les écouter librement jusqu'à résiliation de son abonnement.

Le service est pour le moment réservé aux seuls Etats-Unis et le transfert des morceaux sur un baladeur numérique n'est pas encore supporté, même si selon la société iMesh, qui édite le logiciel éponyme, cette fonctionnalité devrait bientôt voir le jour. Il est en revanche autorisé de copier les morceaux sur d'autres ordinateurs (jusqu'à trois selon les clauses d'utilisation publiées sur le site).

En vertu d'accords passés avec de grandes maisons de disques américaines, iMesh pourrait proposer jusqu'à deux millions de titres légaux au téléchargement, identifiés par une étoile couleur or. Pour autant, les réseaux ne seront pas exempts de fichiers dont les droits sont réservés. Ceux-ci seront identifiés par une étoile grise, et iMesh assure qu'il ne sera pas possible de les télécharger. Les chansons libres de droit, les fichiers non identifiés et les vidéos de moins de quinze minutes seront toutefois accessibles sans difficulté.

Il sera possible d'envoyer à d'autres abonnés les morceaux que l'on a téléchargés, mais il ne devrait en revanche pas être possible de les copier sur un CD ou de les transférer sur un baladeur. La gestion des DRM (Digital Rights Management) est souvent le point faible de ces offres de téléchargement légale et ces restrictions d'usage freineront sans doute bon nombre des internautes.

Le principe de l'abonnement qui donne le droit d'écouter les morceaux téléchargés jusqu'à résiliation revient en fait à louer de la musique plutôt qu'à l'acheter. A 6,95 dollars par mois, iMesh se positionne comme l'un des services les moins chers du marché : Napster et Rhpasody facturent quinze dollars par mois, tandis que Yahoo vient d'annoncer que le prix de sa plateforme de téléchargement allait passer de cinq à dix dollars par mois .

Yahoo change de politique tarifaire parce que les redevances mensuelles par abonnés demandées par les maisons de disque sont trop importantes pour que le service soit bénéficiaire à un prix de cinq dollars par mois. En choisissant de ne facturer que 6,95 dollars par mois, iMesh positionne son offre comme la plus attractive du marché, mais à ce prix, la rentabilité n'est pas assurée. D'autant plus que la comptabilité de la société est grevée des 4,1 millions de dollars qu'elle a dû verser à l'industrie du disque américaine pour faire cesser les poursuites judiciaires dont elle faisait l'objet.

(Atelier groupe BNP Paribas - 26/10/05)