Pour conforter son succès, le réseau doit maintenant cibler des consommateurs clés. Une carte est aussi à jouer au niveau de l'entreprise : le site pourrait aussi faciliter la création de communautés de travail.

Pour s'imposer, Google+ doit-il cibler les professionnels ?

Après un peu plus d'un mois d'exploitation, Google+ doit désormais parvenir à toucher des consommateurs clés pour parvenir à maintenir la croissance de son nombre d'utilisateurs. C'est ce que met en évidence une étude menée en août par Socmetrics. Pour l'institut de recherche, les mères de famille doivent ainsi constituer la prochaine cible privilégiée du réseau social. En effet, leur impact sur les autres classes d'utilisateurs (adolescents, hommes mariés...) est extrêmement fort. Miguel Membrado, fondateur de Kimind consulting, et interrogé par L'Atelier, confirme: "Pour toucher le grand public, il devient nécessaire de faire prendre conscience à certains utilisateurs clés du profit qu'ils peuvent tirer de ce réseau". Reste que, selon lui, les opportunités de développement pourraient plutôt se situer du côté du monde de l'entreprise.

Des fonctionnalités entreprises en rupture avec les usages classiques

"Facebook reste un outil extrêmement complet, et de ce point de vue-là, les améliorations que peut apporter Google+ restent minimes. Par contre, les opportunités apparaissent bien plus intéressantes d'un point de vue professionnel, et ce même si le site reste pour le moment incomplet", explique t-il. De fait, la possibilité d'intégrer directement ses contacts Gmail à son cercle de connaissances constitue une fonction phare, tout comme l'est la notion de cercles. Pourquoi ? Parce que cela permet de constituer aisément des communautés de professionnels, des groupes de discussion et d'échange.

Google+ vient compléter efficacement la mosaïque des réseaux existants

Au point de venir menacer LinkedIn et Viadeo? "Non, impossible d'être aussi catégorique", répond Miguel Membrado. "Les fonctions de ces deux sites ont pour but de mettre en relation des personnes qui ne se connaissent pas forcément, via le principe des chaînes de contact", note t-il. Avant d'ajouter queGoogle+ part de l'idée que les utilisateurs se connaissent entre eux dès le départ."Les deux types de réseaux se complètent donc plus qu'ils ne sont en concurrence". 

Rédigé par Johnatan Farouz