Dans son allocution d'ouverture de la 21è Université d'été de la communication, Catherine Tasca, la ministre de la Culture et de la Communication, a tenu à rappeler les différentes missions incomban...

Dans son allocution d'ouverture de la 21è Université d'été de la communication, Catherine Tasca, la ministre de la Culture et de la Communication, a tenu à rappeler les différentes missions incombant à l'Etat en terme de nouvelles technologies Cette tâche s'articule autour de trois idées directrices : tout d'abord créer ce que la ministre appelle un "espace culturel numérique" dense, puis faire en sorte que cet espace soit accessible au plus grand nombre et réducteur d'inégalités et non l'inverse, et enfin définir et mettre en oeuvre les modes de régulation bien adaptés sans lesquels il n'y a pas de vraies libertés. La ministre a rappelé qu'elle attachait une grande importance au service public audiovisuel et à sa mission propre. La loi sur l'audiovisuel qui vient d'être votée donne à France télévision un cadre bien adapté à sa mission et à son développement, notamment pour les nouveaux services sur le numérique hertzien terrestre. La ministre s'est prononcée en faveur du maintien de la redevance TV. précisant par ailleurs que la question du financement "se posera aussi pour l'offre publique de contenus sur l'Internet" Les mêmes considérations conduisent à enrichir l'offre publique sur l'Internet, en particulier l'offre culturelle. Les actions de numérisation du ministère de la culture seront renforcées en 2001, notamment en collaboration avec les collectivités territoriales. Bien décidé à soutenir le développement des nombreuses jeunes entreprises multimédias, Catherine Tasca a demandé au Centre national de la cinématographie qui vient de créer une direction du multimédia, de mettre en place en 2001 un dispositif particulier en direction de ces structures. De plus, la ministre souhaite que soit mis en place, avant la fin de l'année, un Réseau national de recherche en audiovisuel et en multimédia, associant étroitement ces nouvelles entreprises. Tout en rappelant que Lionel Jospin a fait de la lutte contre "l'inégalité numérique" l'un des objectifs majeurs de la politique du gouvernement, Catherine Tasca constate qu'aujourd'hui l'usage et l'appropriation de ces technologies sont encore fortement inégalitaires. Pour lutter contre cette inégalité numérique, il faut notamment développer des lieux publics permettant l'accès à Internet. 3 milliards de F seront consacrés à cet objectif d'ici 2003. Plus de 7 000 lieux publics permettant un accès à Internet seront ouverts d'ici à cette date. Pionnier en la matière, le ministère de la culture et de la communication développe dans toute la France un programme d'Espaces culture multimédia connaissant un large succès. Ce programme et sa mise en réseau seront renforcés en 2001. Objectif : doubler le nombre de ces espaces en passant de 110 ouverts aujourd'hui à 220. Bibliothèques, scènes de spectacle vivant, lieux culturels divers, écoles d'art, autant de lieux ayant besoin de connexion à bons débits pour que les usages culturels du réseau se développent. Dans cette optique, le gouvernement a demandé aux opérateurs de télécommunication de concéder des tarifs préférentiels aux bibliothèques et aux Espaces culture multimédia. Par ailleurs, un accord a été passé avec Renater afin que les écoles d'art soient bien connectées sur l'ensemble du territoire. Catherine Tasca demande également que les publics les plus défavorisés, notamment les malvoyants, puissent bénéficier de ces nouvelles possibilités. Elle a tenu, à cette occasion, à saluer le travail de l'association Braille-net présente à Hourtin. Enfin, pour parvenir à une société de l'information créative, solidaire et républicaine, il faut des lois et des modes de régulation bien adaptés, sans lesquels il n'y a pas de liberté. En concertation avec l'ensemble des acteurs, il faut adapter le dispositif à l'ère du numérique. Pour la ministre, l'Internet, en tant que média, relève de la liberté de communication et des principes inscrits dans la loi de 1986 garantissant cette liberté dans le respect du pluralisme de l'information et de la diversité culturelle, de l'ordre public et de la protection de l'enfance. Le ministère de la culture prendra une part essentielle à l'élaboration du projet de loi sur la société de l'information. Ce projet, piloté par le Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, concerne aussi le Ministère de la Justice, la protection des droits de la personne étant l'une des composantes essentielles. (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas - 22/08/2000)