Les modules ludiques, présents sur les réseaux sociaux ou les sites d'entreprise, sont de plus en plus utilisés par des marketeurs qui y voient pour beaucoup un moyen d'élargir leur base clients.  

Les jeux décidément très plébiscités par le marketing

Ils sont devenus de véritables enjeux pour de nombreuses entreprises. Quels que soient les domaines d’activités de ces dernières, les jeux marketing incarnent désormais bien plus qu’un simple canal de diffusion de l’image d’une société. La Fabrique à Jeux et à Buzz vient en effet de publier une étude sur leurs impacts et les stratégies élaborées autour de ce marketing, mis en place par de grandes entreprises. Selon elle, en 2011, plus de 57% des annonceurs ont mené au moins deux opérations, voire davantage, via les jeux marketing. Le but : élargir tout d'abord ses bases clients.

Elargir sa base contacts

67 % d’entre elles les utilisent dans le but de faire de la collecte de contacts car 73% des joueurs inscrits sont des optins : un chiffre constant et régulier depuis le début d’année 2011. Facebook - sur lequel misent près de 30 % des annonceurs interrogés et qui ont choisi de lancer une application sur le réseau pour identifier de nouveaux clients potentiels - confirme le fait d'être le canal idéal de recrutement : 80 % des joueurs seraient de nouveaux fans pour la marque. Générer du trafic sur les sites Internet est également un objectif important évidemment, pour 40 % des entreprises.

Facebook, smartphones...

Enfin, 17% s'appuient sur les jeux pour animer leur site web, et ils sont autant à intégrer une application Facebook, sur des supports tels que les Smartphones ou encore les tablettes, dans un objectif d'animation de leur communauté. Une stratégie multicanale a donc aussi été mise en place sur les réseaux sociaux. A noter qu'en ce qui concerne le profil des joueurs, le rapport a constaté que les femmes représentaient 59% de ceux-ci.  L’identification par tranche d’âge révèle également que 65 % des amateurs sont âgés de 26 à 55 ans. Ce qui représenterait 39 % de la population française.