Selon le New York Times, l'éditeur du logiciel de Peer-to-Peer Kazaa, Sharman Networks, devrait prochainement reverser 10 millions de dollars à la National Music Publishers' Association (NPMA). A...

Selon le New York Times, l'éditeur du logiciel de Peer-to-Peer Kazaa, Sharman Networks, devrait prochainement reverser 10 millions de dollars à la National Music Publishers' Association (NPMA). A cette occasion, Sharman Networks a rappelé son engagement de mettre en place un système de filtrage pour lutter contre la diffusion de contenus protégés par des droits d'auteur.
 
En juillet, l'éditeur avait déjà accepté de régler la somme de 115 millions de dollars à l'industrie du disque américaine qui avait entamé des poursuites contre le logiciel et d'installer une technologie de filtrage. Raison invoquée : préserver du partage les fichiers protégés.
 
Lors de leur dernier entretien, un dernier accord aurait été passé entre les organisations, qui, s'il est validé, pourrait mettre fin à une longue bataille juridique.
 
Pour David Israelite, président de la NMPA, "cet accord représente une victoire importante pour les artistes, les éditeurs et les consommateurs de musique. Il représente une étape importante dans la transformation du marché de la musique en ligne et permettra aux services légaux de prospérer".
 
Car avant toute atteinte à la société en elle-même, aujourd'hui affaiblie, c'est à ce qu'elle représente que la NPMA s'est attaquée : le téléchargement illégal. Et le combat s'annonce dur, car malgré la fermeture de sites comme eDonkey, d'autres, comme eMule, se portent très bien…
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas – 03/11/2006)