L'appareil photo numérique permet de visualiser immédiatement ses photos après la prise de vue, de les effacer ou de les imprimer. La photo numérique permet également de manipuler les clichés, de le...

L'appareil photo numérique permet de visualiser immédiatement ses photos après la prise de vue, de les effacer ou de les imprimer. La photo numérique permet également de manipuler les clichés, de les retravailler avec des logiciels de retouche d'image. Enfin, les photos se présentant sous forme de fichiers informatiques, peuvent être facilement insérer dans un document Word, utiliser pour illustrer un site Web, ou transmises via les réseaux informatiques à un correspondant. Les particuliers sont de plus en plus séduits par ces avantages. Toutefois, les entreprises et les professions libérales restent les principales intéressées "le marché Soho représente 80 % du marché de la photo numérique". En 1997, il s'est fabriqué deux millions d'appareils dans le monde, soit le double de 1996. Le plus gros consommateur est le Japon, devant les Etats-Unis, suivis de l'Europe. Il s'est vendu en France en 1997, environ 40 000 appareils. Selon GFK, les ventes devraient plus que doubler cette année pour atteindre 200 000 unités en l'an 2000. Surtout "les prix devraient baisser de 25 à 30 % cette année, voire plus". Toutefois, la photo numérique ne se substitue pas pour autant à la photo argentique classique "c'est un marché complémentaire qui attire une nouvelle couche de population privilégiant d'autres applications de l'image". De plus, les laboratoires s'y mettent aussi. Pour ceux qui sont réfractaires à l'informatique, les laboratoires de développement photo peuvent se charger de tout "les laboratoires proposent désormais aux consommateurs la possibilité de transférer leurs photos classiques sur des supports numériques. Le client vient avec ses photos papier ou ses négatifs et ressort avec une disquette informatique ou un CD-ROM pour un prix modique. Les travaux photo liés au numérique représentent un marché en plein essor". (Trois pages - Le Figaro Multimédia - 10/03/1998)