Selon les différentes études consacrées au sujet, le commerce électronique émergeant seulement en Europe est promis à un bel avenir. D’après la dernière enquête réalisée par le cabinet Deloitte & To...

Selon les différentes études consacrées au sujet, le commerce électronique émergeant seulement en Europe est promis à un bel avenir. D’après la dernière enquête réalisée par le cabinet Deloitte & Touche, à partir de 1 000 interviews de directeurs informatiques de 25 pays représentant six secteurs industriels, le commerce électronique devrait croître de 300 % dans le monde dans les deux prochaines années. Serge Streicher, associé du cabinet, explique que “jusqu’à présent, les entreprises ont hésité à utiliser le commerce électronique pour des raisons de sécurité ou parce qu’elles sentaient que leurs clients n’étaient pas encore prêts à acheter des produits et services par ce canal. Ces entreprises ont compris que même si le problème de sécurité mérite toujours une grande attention, le risque est moindre que celui de ne pas profiter de ce nouveau canal qui offrira un avantage concurrentiel décisif”. Toutefois, les résultats ne sont pas les mêmes selon le secteur d’activité. Avec 23 % de transactions commerciales réalisées par Internet, l’énergie arrive en tête. Dans les deux ans, ce taux de pénétration devrait atteindre 60 %. Se situant aujourd’hui à 12,1 % de pénétration, les transactions commerciales par Internet réalisées par les services financiers devraient quadrupler dans les deux ans, pour atteindre 70 %, grâce au développement important des relations directes avec le consommateur final. Seules aujourd’hui 6,1 % des transactions sont réalisées sur Internet dans le secteur de la santé. Ce taux devrait atteindre un peu moins de 40 %. En revanche, de fortes progressions sont attendues dans la production industrielle (+ 370 % et un taux de pénétration dépassant 40 % dans les deux ans), et dans la grande distribution (+ 500 %, avec un taux de pénétration passant de 8,4 % à plus de 51,8 %). Enfin dans le secteur public, près de 60 % des opérations devraient passer par Internet vers 1999. (La Tribune 05/08/1998)