Les cinq années à venir seront décisives pour les sites de commerce électronique qui devraient miser dès à présent sur le mobile s'ils souhaitent toucher une plus grande population de consommateurs.

L'Europe laisse l'avenir du e-commerce entre les mains du mobile

Pour les sites de e-commerce, c'est le moment ou jamais de lancer une application adaptée aux mobiles traditionnels et smartphones pour permettre aux consommateurs d'acheter sur leur plate-forme. En effet, un étude réalisée auprès de 14 000 consommateurs européens dans sept pays différents (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Espagne, Suède et Royaume-Uni) par l'institut de recherche Forrester met en lumière les chiffres du m-commerce pour les cinq années à venir et le présente comme l'avenir de l'achat en ligne. Ainsi, le revenu annuel du m-commerce atteindrait actuellement 1,4 milliards d'euros en Europe et devrait augmenter considérablement d'ici à 2017 pour passer à 19,2 milliards d'euros. Ce qui ferait croître l'achat par le biais du mobile de 1% en 2012 à 6,8% du volume total des ventes sur Internet en 2017.

Augmentation des achats mais surtout des clients

Et cela sera évidemment lié, non seulement à un panier moyen annuel passant de 201 à 207 euros en 2017 pour les acheteurs mobiles, mais également à une augmentation considérable de cette population. Ainsi, Forrester attend pour l'année en question 79 millions de consommateurs mobiles, soit plus de dix fois le marché actuel qui s'élève à 7,6 millions d'individus. Cela signifierait que plus de 45% de la population européenne possédant un mobile l'utiliserait pour acheter en ligne. Et de manière plus précise, l'étude révèle que l'augmentation des ventes issues du m-commerce sera proportionnelle à la population des pays européens et donc, à la taille du marché potentiel. Ainsi, on retrouvera en tête le Royaume-Uni, qui de par son taux élevé de pénétration mobile, de ses habitudes d'achat et de sa culture multi-canale, devrait atteindre pas moins de 6,1 milliards d'euros de revenus en 2017.

Un consommateur-type, des achats spécifiques

Suivront de très près le Royaume-Uni, tout d'abord l'Allemagne dont le chiffre d'affaire du m-commerce devrait atteindre les 4,1 milliards d'euros et ensuite la France avec, pour sa part, 3,1 milliards d'euros attendus. Ces chiffres démontrent donc une nécessité pour les sites de commerce électronique européens de rendre l'expérience d'achat du consommateur plus riche. Et pour mieux cerner celui-ci, l'étude dresse le portrait-type d'un individu jeune, éduqué, expert en technologies, cherchant le divertissement et possesseur avant tout d'un smartphone. Et quant à ses priorité d'achats, on retrouvera en priorité des produits à bas coût, et plus particulièrement des livres, des DVD, de la musique et des billets de concert. Des produits donc qui, selon l'étude, nécessitent l'intégration d'applications dédiées car soumises à au besoin d'immédiateté et de localisation du consommateur potentiel.