l'e-business. Une étude sur les e-ventes a été réalisée auprès de 700 entreprises en Europe et aux Etats-Unis par Mori Research, à la demande d'Intentia Consulting, éditeur du progiciel de gestio...

l'e-business. Une étude sur les e-ventes a été réalisée auprès de 700 entreprises en Europe et aux Etats-Unis par Mori Research, à la demande d'Intentia Consulting, éditeur du progiciel de gestion intégré Movex, et co-sponsorisée par IBM. Il s'agit de la première étude comparative sur des entreprises "tier two" (revenus allant de 50 millions de dollars à 1 milliard de dollars) visant à montrer à quel rythme se développe l'e-business et quelles sont les perspectives futures. Il ressort que l'Europe, contrairement aux idées reçues, n'est pas si loin des Etats-Unis en ce qui concerne l'Internet et son utilisation : communication avec clients et fournisseurs, promotion des produits, services et recrutement. Au regard de l'Internet, de nombreuses entreprises européennes sont au même niveau que les Etats-Unis. L'e-business est en phase de décollage. Désormais, Internet est considéré comme le nouveau moyen d'augmenter ses revenus. Les entreprises ayant participé à cette étude sont issues des secteurs d'activités suivants : production, grande distribution et négoce. 56 % des entreprises interrogées déclarent que l'e-business va devenir "essentiel et/ou très important" dans les deux ans à venir, dans les relations avec les clients et les fournisseurs. 24 % déclarent aujourd'hui que c'est important. Parmi les pays pensant que l'e-business va devenir très important, la Suède (66 %), le Royaume-Uni (64 %) et les Etats-Unis (60 %) arrivent en tête, suivis de l'Allemagne (53 %), l'Espagne (49 %) et la France (42 %). Au sein des entreprises, l'e-business est un sujet incontournable de réunion et de réflexion. Sur l'ensemble des sociétés interrogées, 75 % ont un responsable e-business. Le chiffre est de 68 % en Europe et de 91 % aux Etats-Unis. Le Royaume-Uni se distingue avec 95 %. 42 % des entreprises américaines et 38 % des européennes estiment qu'elles auront de grandes difficultés si elles n'utilisent pas l'e-business. 64 % des entreprises américaines et 51 % des européennes vont investir de manière significative dans les systèmes, processus et applications de gestion. Toutefois, 40 % des entreprises interrogées décrivent l'e-business comme un ensemble d'activités réalisées à l'aide de mécanismes électroniques. Interrogées sur les principaux avantages de l'e-business, 44 % des entreprises mettent en avant l'amélioration de la performance et le service client, 33 % l'accès à une base client plus large, 28 % une efficacité plus grande dans le processus de vente et davantage de capacité à répondre aux demandes clients, 21 % seulement la progression des ventes, 17 % l'accès à de nouveaux marchés, 14 % l'accès à des marchés étrangers et 16 % l'intégration aux fournisseurs. Alors que 81 % des entreprises suédoises, 76 % des américaines et 72 % des britanniques sont prêtes à utiliser davantage l'e-business pour réaliser des transactions financières, elles ne sont que 62 % en Espagne, 61 % en Allemagne et 45 % en France. (Christine Weissrock - Atelier Paribas 25/02/2000)