Michel Hervé, le maire de Parthenay (Deux-Sèvres) affirme "c'est la première fois qu'une collectivité locale a la volonté de faire émerger un marché de cybernautes, de faire d'Internet un outil de c...

Michel Hervé, le maire de Parthenay (Deux-Sèvres) affirme "c'est la première fois qu'une collectivité locale a la volonté de faire émerger un marché de cybernautes, de faire d'Internet un outil de citoyenneté". Cela fait déjà cinq ans que Parthenay (18 000 habitants) a choisi de devenir "ville numérisée", une sorte de laboratoire social d'expérimentation des nouvelles technologies de l'information. On vient aujourd'hui de toute la France et aussi de l'étranger pour étudier "le cas Parthenay". Après avoir ouvert en 1996 son premier espace numérisé, suivi de cinq autres, Parthenay, devenue son propre fournisseur d'accès, offre à ses habitants, pour 300 F par mois, un ordinateur multimédia et 200 heures de communication. 30 % des foyers du district sont actuellement connectés, Michel Hervé se fixant comme objectif 50 % d'ici à 2000. Unique en France et quasiment dans le monde, cette expérience a débouché sur un véritable Intranet local "l'In-Town-Net". A ce jour, ce site compte plus de 18 000 pages en provenance de plus de 250 créateurs différents (particuliers, associations, entreprises, mairie ...). La connexion des enfants (avec un ordinateur pour 4 écoliers dans les écoles), l'accès au cybermarché pour les personnes âgées et le développement du commerce électronique auprès des artisans-commerçants figurent parmi les priorités municipales. Selon Michel Hervé "pour nombre de commerçants et entreprises, le site de Parthenay, très consulté, devient une vitrine, un show-room, qui permet de faire émerger des produits rares". De plus, de nombreuses sociétés de services de haute technicité se sont implantées générant une centaine d'emplois. Voyant également progresser le nombre de touristes et de curieux, la Ville songe à une sorte d'office du tourisme virtuel, consultable 24 h sur 24. Le district consacre chaque année à l'opération 3 millions de F, soit 3 % de son budget. Il faut dire que la Ville étant pionnière a beaucoup été aidée par l'Europe et les industriels. Si France Télécom a fourni des liaisons 30 % moins cher, Microsoft a apporté une aide technique, Siemens des ordinateurs à bas prix, Philips des téléviseurs pour les espaces numérisés ... Pour l'interface, la mairie n'a pas hésité à recruter une ancienne de la Nasa. Cette expérience a semble-t-il permis aux Parthenaisiens de renforcer leurs liens sociaux et enrichi la vie culturelle et associative "les nouvelles technologies ne sont pas seulement porteuses d'une nouvelle filière économique. Elles constituent aussi un outil d'évolution des comportements, des modes d'organisation". (Les Echos - 25/01/1999)